Le monde magique sombre peu à peu dans le chaos
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Dans un endroit isolé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mirany Parkerson

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 34
Date d'inscription : 26/06/2008

MessageSujet: Dans un endroit isolé.   Mar 22 Juil - 16:16

[ je vais faire la description des que j'ai plus de temps ^^ fait pas trop attention aux fautes, j'ai la flemme de me relire^^]


La jeune femme entendit de nouveau la voix d’Alexander, elle leva la tête vers l’homme lui son regard se plongeant dans celui ci, un léger sourire doux sur ses lèvres venaient d’apparaitre. Elle était toujours blottie dans les bras du professeur, la demoiselle s’y sentait bien fallait le dire. Elle laissa quelques secondes de silences avant de dire quoi que ce soit. Elle aimait bien ce genre de moment silencieux doux et enivrant.

« Je ne suis pas du genre à ne pas être sincère. Ne t’inquiète pas pour ça. »

L’homme parla de nouveau, mais Mirany resta silencieuse, elle se contentait du moment présent, elle avait trop bien l’habitude que tout tourne au cauchemar. Mirany s’était détaché de son étreinte et avait avancé vers la fenêtre. La jeune demoiselle aimait beaucoup les paysages, elle pouvait passer des heures à regarder par une simple fenêtre sans bouger. Elle se plongea dans le magnifique décor qui s’offrait à elle. Un ciel étoilée, les quelques lanterne du chemin qui éclairait les lieux… La rue déserte. La jeune femme sortie de ses pensées quand elle sentit une chaleur au niveau de son dos, elle frissonna et se tourna, Alexander venait de se proposer de la ramener, elle n’allait pas se faire prier, il était tard, elle était un peu fatiguée et elle aimait la compagnie de cet homme. D’un geste positif de la tête, elle donna sa réponse tout en parlant.

« Avec plaisir Monsieur Clémence. »

Mirany attrapa son châle qu’elle posa lentement sur ses épaules nues. Elle resserra celui-ci contre elle. La demoiselle ouvrit la porte, ils se retrouvèrent dans la même pièce qu’au départ, de chaque coté du bar, se tenait quelques hommes, très peu certes mais tous ivre, ils cuvaient leur déboire sur leur chaise. La jeune femme traversa la salle, peu de personne à présent pouvaient se permettre de lever les yeux vers elle trop enivré par leur boisson. Mirany marchait toujours avec élégance, ses talons claquaient contre le bitume, elle se retrouvait à présent dans la rue, la jeune femme passa sa main autour du bras d’Alexander.

Un petit vent frais faisant voleter ses cheveux c’était agréable. La jeune femme connaissait par cœur le chemin pour rentrer chez elle, elle avait pour habitude d’y aller en marchant, c’était toujours tranquille et de cette manière, elle pouvait se rendre compte si jamais quelqu’un la suivait. Au bout de plusieurs longue minutes, ils arrivèrent enfin devant une grande maison Ornée de fleur de chaque coté, on aurait dit une carte postale. La jeune femme poussa la grille qui se laissa faire dans un petit grincement. Elle fit signe à l’homme de la suivre, aucune lumière n’était allumée, Céphora devait donc dormir.

Le petit chemin gravillonné amenait directement à la porte d’entrée, Mirany l’ouvrit d’un sort. La porte s’ouvrit laissant entrevoir l’intérieur de la demoiselle. Tout était rustique, c’était très propre même trop propre, tres ordonnée, a part un petit coin prés de la cheminée ou les jouets s’entassaient. Mirany posa son Châle sur le porte manteau, elle s’approcha de James afin de lui prendre sa veste et la posa à son tour.


« Voici ma maison et celle de Céphora également. »

Un léger sourire aux lèvres elle fit signe à Alexander de s’assoir sur le canapé ou un fauteuil qui se trouvaient face à la cheminée, un grand tapis blanc prenait presque toute la pièce, celui-ci était aussi doux que la laine d’un mouton, c’était agréable de marcher pied nu dessus.

« Veux-tu boire quelque chose ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Clemence

avatar

Masculin
Nombre de messages : 1396
Age : 26
Maison ou métier : Prof de DCFM // Directeur de Serpentard // Ministre de la Coop. Inter. Magique
Mood : Indifférent - Froid
Argent : Parait que j\'ai 510 Gallions
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: Dans un endroit isolé.   Mer 23 Juil - 18:01

Raccompagner n'était certes pas le mot le plus convenable qu'aurait pu employer Alex; lui-même ne savait pas où résidait Mirany, et il n'aurait pas eu la prétention d'affirmer qu'il était déjà entré en sa demeure. Néanmoins, c'aurait été beaucoup moins classe s'il avait au contraire demandé "Tu veux bien m'emmener chez toi?" A jouer le gentleman aux allures distinguées, autant le faire jusqu'au bout. De toute façon, désormais, le professeur n'avait plus droit à l'erreur; en quelque sorte, il aurait pu tout se permettre quelques instants auparavant, continuer son numéro de jeune homme enquiquineur, incapable de se tenir sérieux plus d'une fraction de seconde; mais maintenant qu'il se trouvait liée avec cette femme, des "responsabilités" lui étaient tombées dessus, plus ou moins importantes oui, mais qui lui incombaient tout de même, et qui risquaient à tout moment de faire basculer dans le néant tout ce qu'il avait difficilement réussi à constituer durant cette soirée: ce couple, le sien.

- Fais-moi plaisir, même si cela ne fait que quelques heures que nous nous sommes rencontrés, avoue que nous ne sommes plus vraiment, en quelque sorte, des inconnus l'un pour l'autre. Par conséquent, appelle-moi par mon prénom. Je hais les trop bonnes manières: Monsieur, Vous... - il poussa un soupir hautain - lorsque de tels liens d'intimité se tissent entre deux personnes, je pense sincèrement qu'ils ne sont que très peu nécessaires. Tu veux bien... Mirany?

Empoignant le manteau qu'il avait laissé sur sa chaise, et le rejetant par-dessus de son épaule, tout en tenant son vêtement par le col, Alex attendit que sa compagne ait fini de se préparer. Un châle ainsi posé sur ses épaules, ses cheveux détachés et descendant jusqu'au milieu de son dos, vêtue d'une robe de satin rouge, chaussée par des hauts talons qui lui donnaient l'air dune femme fatale, la jeune femme était vraiment belle. En tout cas, l'on ne pouvait pas dire que Clemence n'était pas, à ce moment sous le charme. Lui adressant donc un aimable sourire - désormais qu'il était habitué à ne plus faire de grimace - Alexander ouvrit la porte d'un coup de baguette et fit signe d'un geste galant à Mirany, de sortir la première. L'odeur d'alcool qui s'échappait de l'enceinte du bar régnait encore, la brume provenant des fumées de pipe et de cigarettes flottait toujours dans les airs, et c'est à peine si le jeune homme retrouvait son chemin parmi les chaises renversées et les tables dégoulinantes de liquide visqueux. Peut-être même aurait-il pu aider le barman à faire dégager les quelques ivrognes restés sur place afin de cuver leur vin, m'enfin, une autre personne plus importante à ses yeux, et qui le devançait, semblait requérir un peu plus d'attention, et ce fut sur cette personne là justement, qu'il voulut consacrer son temps. Sortant donc de nouveau dans la ruelle à la suite de Mirany, Alex leva les yeux au ciel. La couleur noire d'encre, qui auparavant peignait le ciel, se faisait de plus en plus claire: le jour commençait déjà à poindre et les étoiles qui parsemaient le décor astral disparaissaient une à une avec l'arrivée de moins en moins timide de la lumière solaire. Il devait être vers 5 heures du matin. Dehors, une certaine agitation semblait agiter la vitrine des magasins, les lumières de chacune des résidences s'allumaient progressivement, et le service des transports reprenait son train-train habituel; bruits de moteur, klaxons, rames de métro remettaient un peu de vie dans cette vallée nocturne, et devenue trop silencieuse. Les lampadaires, diffusant encore un certain halo de lumière pâle et triste, étaient sur le point de s'éteindre. La vie reprenait son cours dans les rues de la proche banlieue londonienne. Un spectacle en somme assez étrange, mais en même temps extrêmement intriguant, que d'assister au réveil de toute une société urbaine dynamisée par le travail.

Bref, Alexander fut tiré de ses pensées par l'empoignade de Mirany; la jeune femme lui ayant passé son bras autour du sien, elle l'entraîna dans son sillage. Il était assez curieux de voir un tel couple se promener dans les rues à cette heure-ci: à vrai dire, on aurait dit qu'ils sortaient tous deux d'une quelquonque soirée mondaine, un couple marié ayant pris la résolution de se réserver une soirée intime, loin des enfants et de tous les autres tracas, afin de se divertir et passer quelques bons moments ensemble, comme ils n'en avaient jamais plus eu depuis leur lune de miel. Oui, en effet, ne restait que la bague de fiançailles au doigt de chacun des deux individus et la scène correspondrait parfaitement. Souriant à cette pensée, Alexander ne put s'empêcher de se demander si plus tard, de telles situations pourraient leur être possible, à Mirany et à lui. Vu au rythme où tout cela allait, oui pourquoi pas. Après tout, le jeune professeur ne s'embarrassait pas de projets tels que le mariage, ou autres inepties du même genre. Du moment que l'engagement solennel qui unissait les deux êtres avait été pris, à moment de leur rencontre ou à un autre moment de leur vie commune, le professeur ne voyait pas l'intérêt de s'encombrer en plus, avec une cérémonie religieuse ou strictement superficielle, qui n'avait d'intérêt que de rassurer les deux membres du couple, sur leur amour, ou sur la réciprocité de leurs ressentiments. Oui en effet, combien d'hommes ou de femmes sur le point de se marier n'ont-ils pas nourri en eux, la peur que l'autre leur dise "non" au moment fatidique? Non... Alexander n'avait réellement pas besoin de toute cette mascarade afin de confirmer et de prouver jusqu'où pouvait aller sa passion. Evidemment, il n'y opposerait aucune restriction si jamais un malheureux jour, son éventuelle future femme lui confierait qu'elle souhaiterait vraiment, qu'envers et contre tout, elle puisse un jour dans sa vie, vivre ce jour, le mariage; oui bien sûr, pour lui faire plaisir, néanmoins pour lui, ce n'était en aucun cas essentiel.

La marche avait été silencieuse, et il fallait dire que le jeune homme ne s'en plaignait pas. Après la journée harassante qu'il venait de passer aux côtés de ses élèves, puis cette soirée où beaucoup d'émotions intenses eurent vite fait d'imprégner son esprit, Alexander s'avouait quelque peu exténué, et pressé de découvrir enfin la maison dans laquelle vivait sa compagne, afin, enfin, de s'y reposer quelque peu. Peut-être devait-il envoyer une missive à Miss O'Brien, sa supérieure hiérarchique à Poudlard, afin de la prévenir de sa probable absence, car sans doute n'aurait-il pas le courage ni la volonté de retourner tout de suite dans son taudis moisi au château, à donner des cours à des apprentis ingrats et insolents. D'un autre côté, il espérait ne pas à abuser de l'hospitalité de la miss Parkerson, juste ne pas se laisser aller... enfin pas trop... un petit peu seulement. Marchant perdu dans ses pensées, Alexander ne se rendit pas compte qu'il avait laissé Mirany quelques mètres derrière lui. La jeune femme s'était arrêtée devant une grille assez mal huilée, du fait qu'elle grinçait quelque peu lorsque la jeune femme la poussa pour entrer. Jetant un dernier coup d'oeil avant de pénétrer à son tour dans l'antre des Parkerson, le professeur aperçut une rangée de fleurs de multiples couleurs, parfaitement entretenues, un jardin assez sobre mais n'offrant aucun vis-à-vis, du moins d'après ce qu'il pouvait voir de par son rapide coup d'oeil; le tout entourant une façade, une maisonnée dont aucune particularité ne semblait ressortir en apparence. En y repensant, Alex se rendit compte qu'ils se trouvaient après tout dans un quartier résidentiel habité principalement par des Moldus - les bougres - et que par conséquent, aucun aspect extérieur intriguant ou attire-l'oeil, ne devait apparaître, sous peine de se faire soupçonner et repérer. Suivant par la suite Mirany sur le chemin gravillonné qui le mena enfin jusqu'au hall d'entrée, Clemence pénétra enfin dans la fameuse maison. Sa première surprise fut de voir que tout était extrêmement bien ordonné, rangé, propre, à sa place. Avec une petite fille sur les bras, l'absence continuelle des deux Parkerson, Alexander pensait plutôt que les deux soeurs n'auraient pas autant le loisir de réorganiser leur lieu de vie; et puis un enfant abandonné durant presque toute la journée, même gardé par une nounou, ça fait quand même quelques dégâts, aussi peu conséquents soient-ils. Bref, se laissant déshabiller (seulement le pardessus -_-), le professeur se vit souhaiter la bienvenue au sein de la demeure. Comment lui fallait-il répondre? A vrai dire il ne savait. Cela lui changeait de la résidence qu'il s'était modestement achetée pour y asser des vacances d'été hors de Poudlard, c'était en quelque sorte sa résidence secondaire. Il n'y avait, là-bas, rien de très luxueux, juste le nécessaire afin qu'il puisse survivre là-bas pendant au moins deux mois entiers, seul sur son île, à méditer et préparer des plans, des projets saugrenus, de son esprit tordu. Le paysage n'était en aucun cas, non plus, comparable: en plein dans la mer du Nord, de temps à autre, il pouvait, grâce au vent, entendre le grognement rauque des Détraqueurs d'Azkaban, d'autres fois, c'était le claquement des vagues contre la falaise qui constituait sa seule et propre musique. Maintenant qu'il se retrouvait dans cette maison, c'était comme s'il retrouvait l'aisance et le confort du manoir qu'il avait du quitter tout enfant, afin de rejoindre un des orphelinats les plus désagréables du pays.

- Charmant

fut la seule chose qu'il trouva à dire en réaction à l'invitation de Mirany.

- Je pensais que tu désapprouvais le fait que je puisse encore boire de l'alcool? Mais si tu me permets...

Un sourire taquin éclaira son visage, quand il sortit de sa poche intérieure un cigare et le montra à la jeune femme. Alexander était bien conscient que sans doute lui refuserait-elle cette faveur; vu la propreté et le bon état dans lequel elle tenait sa résidence, sans doute tenait-elle à garder l'intégrité de sa maison, et ainsi ne pas accueillir, en plus d'un presque-alcoolique tel que lui, un fumeur. A vrai dire, ce n'était pas un drogué, le professeur Clemence ne fumait qu'occasionnellement, non par dépendance mais pour se faire plaisir. A vrai dire même, c'était l'un de ses seuls moyens de se sortir la tête des vapes, lorsqu'il se trouvait dans un état de fatigue pareil. Ce n'était pas réellement non plus le goût du cigare imprégnant sa bouche qui le séduisait - quoique... - mais surtout la fumée qu'il en faisait dégager. Baigner dans une étendue de brume possédait un certain charme, et le rassurait quelque peu aussi. N'allez pas savoir pourquoi il ne le sait lui-même pas.

- Parle-moi de moi. Qu'est-ce qui fait que selon toi, je suis différent de tes précédentes conquêtes?

Autant avoir ce qu'il lui faudrait éviter de faire dans le futur, cela ne lui ferait pas de mal.

[HJ : Dsl pour le manque d'inspi de la dernière ligne là, mon cerveau est en compote ^^' ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céphora Parkerson

avatar

Nombre de messages : 9
Age : 61
Date d'inscription : 22/07/2008

MessageSujet: Re: Dans un endroit isolé.   Mer 23 Juil - 18:42

La fillette attendait patiemment dans son lit, elle attendait d’entendre un simple bruit, la voix de sa mère. Il était très tôt mais la petite n’était pas du genre à faire de grasse matinée. Assis sur son lit, le regarde observa les recoins sombre de sa chambre on aurait dit un Ange, à première vue elle ressemblait à un ange, les cheveux blond lisse, qu’elle avait hérité de son père. Et les yeux marron de sa tante et sa mère, tout comme elles la petite princesse était également une vélane.

Enfin au bout de longues minutes d’attentes un bruit de fit entendre, la jeune blonde sauta de son lit et se précipita dans les escaliers qu’elle dévala à toute vitesse, remontant de temps en temps son petit pyjama en soir rose, avec des dragébus dessus qui sautaient un peu partout. Arrivée en bas, son regard se tourna vers sa mère, elle n’avait pas encore vu l’intrus ni même avait entendu sa voix et celui-ci ne s’apprêtait surement pas à la voire de suite.


« Maman !! Maman !! Tu l’as..tu l’as..dit maman ?? »

La petite se dirigea vers sa mère de sa main droite elle tenait une petite peluche un ours blanc, elle l’adorait cette ours, c’était un peu son doudou, les yeux étincelants, elle attendait avec impatience la réponse de sa mère, ce matin la celle-ci lui avait promis quelque chose. Puis une voix plus rauque se fit entendre, Céphora fit un petit pas et al elle pu voire un homme.

Le regard marron de l’enfant toisa l’homme de bas en haut s’arrêtant sur le visage de celui-ci, elle ne le connaissait pas, que pouvait-il bien faire la celui la, son expression partit de suite, son regard se fit neutre, enlevant tout trace de sourire qui avait put être accroché à ses lèvres quelques secondes plus tôt. La demoiselle lâcha sa peluche et se dirigea vers l’homme qui faisait bien trois Céphora lol. Son regard s’arrêta sur le cigare de celui-ci . C’était quoi ça ? Puis repartit de nouveau sur le visage de l’homme.


« T’es qui toi ?! C’est quoi une conquête ? Et pourquoi vous êtes la ?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mirany Parkerson

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 34
Date d'inscription : 26/06/2008

MessageSujet: Re: Dans un endroit isolé.   Ven 25 Juil - 15:45

Mirany eut un petit rire sarcastique aux premières paroles d’ Alexander, elle n’avait fait ça que pour le taquiner, le regard en biais, elle le scruta, laissant quelques secondes de silences afin de mettre un peu de calme, elle avait passé une soirée assez amusante et même imprévisible. Elle passa sa main sur sa mèche rebelle et prit parole.

« Très bien Monsieur Clemence… Oui je veux bien, je te taquinais tout simplement. Mais ça me fait plaisir ce que tu viens de me dire. »

Un sourire Angélique sur le bout des lèvres, elle continua sa route. Ils arrivèrent en quelques minutes dans la demeure de Mirany et Céphora et Chelsy à l’occasion quand celle-ci souhaitait passer quelques jours en famille, elle y était comme chez elle. Le jeune homme parla de nouveau et sortit un cigare, Mirany n’eut pas le temps de dire quoi que se soit qu’elle vit débouler dans la pièce Céphora qui la questionna. La jeune femme eut un petit sourire.

« Ne t’inquiéte pas Cépho, j’y es pensé mais ne devrais pas tu être dans ton lit à cette heure ci ? »

Céphora se dirigea aussitôt vers Alexander sans même lui dire bonjour, Mirany fronça les sourcils, qu’elle preuve d’impolitesse, elle essayait d’élevé Céphora du mieux possible, mais celle-ci avait un caractère assez débordant et l’homme s’en rendrait compte bien vite, Mirany soupire, elle posa ses mains sur le dos de l’homme et le poussa dans le jardin, afin qu’il n’empoisonne pas tout le monde avec son cigare.

« On ne fume pas à l’intérieur surtout quand il y a des enfants. »

Elle le regarda et se dirigea vers Céphora, elle l’attrapa par la main et la traina avec elle vers Alexander. L’air était doux, le jardin était fleurit, il ya avait une balançoire toboggan enfin tout ce qu’il fallait pour Céphora, des bancs…

« Quand à toi demoiselle on commence par dire Bonjour avant de parler et on ne pose pas autant de question. Combien de fois vas t-il falloir que je te le répète. De plus tu file au lit par la suite, ce n’est pas l’heure de se lever. Allez zou !! »

Mirany se tourna vers Alexander avec un petit sourire, elle espérait bien que Céphora ne fasse pas fuir Le jeune homme, mais celui-ci devait bien savoir que si il l’avait choisit il avait également choisit sa fille avec elle, ça faisait un tout. La jeune femme alla s’assoir sur une petite balancelle.

« Je suis désolé Céphora est assez actif comme petite fille. »

Mirany n’était pas sur que la demoiselle ne se trouvait pas dans l’escalier à les espionner donc pour le moment elle n’avait pas encore répondu à la question du jeune homme, elle passa une jambe par-dessus l’autre. D’un geste de al main remit sa robe correctement, c’était une belle soirée oui, ça faisait longtemps qu’elle n’avait pas connu ça. Le ciel était étoilé, assez claire tout de même la lune était voyante.

_________________



1/3 ( 2 de libres qui veux rp ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans un endroit isolé.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans un endroit isolé.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» JOHN ROSS En ville, décide d'aller faire un tour dans un endroit de jeunes, malgrè ses 32 ans et ses rides naissantes sur son visage. [LIBRE]
» Tache de couleurs dans un endroit sombre... [Munkisha]
» A la recherche d'un endroit calme [libre]
» [Toilettes de Mimi Geignarde] Drôle d'endroit pour se cacher
» Lieux hanté en 1692 dans l'ain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Salveo Maléficia :: Hors Poudlard :: == Londres== :: Les quartiers résidentiels-
Sauter vers: