Le monde magique sombre peu à peu dans le chaos
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Alexander Clemence

avatar

Masculin
Nombre de messages : 1396
Age : 26
Maison ou métier : Prof de DCFM // Directeur de Serpentard // Ministre de la Coop. Inter. Magique
Mood : Indifférent - Froid
Argent : Parait que j\'ai 510 Gallions
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr   Lun 14 Juil - 19:59

Un engagement... Cela faisait longtemps qu'Alexander n'en avait plus pris, pour ne pas dire jamais. Pourtant, ce soir-là, c'était comme si quelque chose le poussait à aller à fond dans son acte, à s'impliquer dans cette toute récente relation, dans cette nouvelle vie qui lui était proposée. C'était venu naturellement en plus... Pas de plan ou de projet prémédité, conçu par avance, mais plutôt quelque chose qui lui était tombé dessus, sans crier gare et dont il ignorait encore l'origine. Que s'était-il donc passé entre ce moment où il se trouvait enlacé entre les bras d'une femme, et cette époque où il se représentait comme le pire des tyrans, rejetant avec haine et vigueur, tout sentiment humain? A vrai dire... à part cette formidable rencontre, rien du tout... Alexander devait se l'avouer, rien de bien extraordinaire ne s'était passé entre ces deux moments; c'était tout juste s'il était resté le même homme, différant seulement en de telles circonstances: une sorte d'opportuniste, mais sincère dans ses pensées et dans ses propos, lorsqu'il se trouvait aux côtés de la femme aimée; dur, froid, sarcastique, hypocrite avec les autres, lorsque la présence rassurante, douce et délicieuse de sa compagne, n'était pas là afin de réguler son attitude. On ne change pas un homme dit-on, on influence ses choix, mais l'on ne décide pas pour lui. Sans doute cette maxime ne faisait-elle pas exception à l'individu blond, debout dans cette arrière-pièce du bar, et qui semblait perdu dans des pensées profondes, des pensées qu'il semblait ne plus pouvoir garder pour lui-même, qu'il souhaitait faire partager, maintenant qu'il avait réussi à s'ouvrir à l'une des seules personnes susceptibles de le comprendre dans ce petit bout de monde.

- Pourquoi balbuties-tu? Tu n'as pas à avoir peur de me blesser ou de me fâcher. La seule obligation avec moi, c'est la sincérité. Le reste, tu n'as pas à t'en soucier.

Mirany était toujours blottie dans les bras de son compagnon. Alexander avait senti l'étreinte de la jeune femme se resserrer sur son torse et bien que cela lui procurât de plus en plus de difficulté à respirer, ce n'était pas cette petite contrainte de ce genre, qui l'empêcherait à ressentir cette allégresse intérieure, envahissant peu à peu son corps et lui montant jusqu'au cerveau, comme si on lui avait injecté une drogue euphorisante. Une des seules rares fois où il se sentait compter pour quelqu’un. Humph décidément, cette femme-là possédait le don afin de semer le doute dans son esprit : malgré le fait qu’ils ne se connaissaient pas beaucoup, du moins pas encore, Mirany avait comme balayé spontanément la mauvaise opinion qu’il portait envers lui-même. Ces doutes à propos de sa mauvaise condition, ces interrogations incessantes qu’il se répétait interminablement et qui résonnaient bien trop souvent dans son petit cerveau tordu, avaient fini par s’évaporer ; c’était comme si, par un simple élan affectif, elle avait réussi à démentir et effacer tous les caractères désagréables et contraignants, qui constituaient sa personne. Finalement, Alexander demandait si réellement, tout cela n’était qu’un effet passager ; des bonnes résolutions que l’on prenait initialement mais que l’on n’était pas capable de tenir lorsqu’on est confronté à la situation réelle ; ou alors si la jeune femme avait réussi à effectuer ce travail sur lui-même, qu’il n’avait lui-même jamais réussi à réaliser, durant cette vingtaine d’années d’existence. Après tout, si elle était parvenue à faire naître en lui un tel sentiment, aussi humain et profond que celui de l’amour, pourquoi et surtout comment encore, douter du reste ? Une larme coulant sur la joue rosée de Mirany vint humidifier le baiser qu’elle lui donna. Pour la première fois de leur rencontre, ce fut elle qui prit l’initiative : était-ce par peur d’avoir heurté sa conscience qu’elle osait faire ainsi le pas ? Ou tout simplement l’intensité de cette ambiance, toute cette chimie qui s’organisait entre les deux êtres, avait-elle fini – enfin – par atteindre son summum ? Alexander sentit les cheveux de la jeune femme frôler son cou ; elle avait de nouveau reposé sa tête sur son torse. Esquissant un léger sourire sur son visage dur, il laissa quelques instants de silence, respectant la solennité et l’inestimabilité du moment, et porté par un élan de protection et d’affection, sans pour autant la prendre de haut, il déposa un doux baiser sur le front de sa compagne. Pour une fois, et ce fut très très rare d’ailleurs, le professeur eut le soin de garder son sérieux. Il aurait pu émettre encore une fois l’une de ses remarques idiotes, afin de se défiler, ou jouer son mariole, mais désormais qu’ils semblaient reliés par cette correspondance surnaturelle, invisible, comme s’ils s’étaient soudain isolés dans un endroit désert, d’où silence était le maître-mot dans cet univers où ils ne pouvaient pas, mieux se comprendre, Alexander ne souhaitait pas tout briser, il ne voulait pas gâcher, épuiser cet instant précieux à des inepties, des enfantillages qui n’avaient pas leur place en cet instant, qui n’en valaient pas la peine. Même si tout ce qui se présentait à ses yeux, tout ce qu’il avait vécu jusqu’ici n’était qu’illusion, il désirait tout de même, en tous les cas, déguster ces délicieux moments, avant de les perdre si jamais il devait s’éveiller d’un éphémère, mais magnifique rêve.

- Cette boule-là, je la ressens aussi. Mais de mon côté, je crois que c’est la peur de te perdre qui l’a fait naître.

Le ciel au-dehors s’était éclairci désormais ; le noir d’encre parsemé d’étoiles que l’on apercevait de par la fenêtre, s’était transformé progressivement en un bleu marine, devenu de plus en plus clair au fil des minutes. De l’autre côté de la porte du bar, l’on ne percevait plus que des paroles indistinctes, prononcées succinctement, par quelque ivrogne, que l’on aurait sans doute oublié de virer du bar. Les deux individus avaient ainsi consacré leur temps à se rencontrer, se découvrir l’un l’autre et s’étaient mutuellement abandonné dans les bras de l’autre. La journée avait sans douté été extrêmement harassante pour les deux jeunes gens, mais pourtant, cette fatigue physique qui envahissait son corps, Alexander ne le ressentit pas. Au contraire, c’était comme si une force s’était emparé de lui depuis le début de cette soirée, et le portait vers le but très noble qu’il s’était fixé : une femme, cette femme, Mirany. Le reste lui était désormais égal ; son esprit, son âme, s’étaient tournés vers le seul objet qui transparaissait dans sa conscience, et sans doute ne se détourneront-ils pas, pendant un très long moment.

- Souhaitez-vous que je vous ramène chez vous, gentille damoiselle ?

Une main posée sur le dos de la jeune femme, l’autre tendue vers la porte en signe d’invitation, ce fut la seule dernière chose que le professeur Clemence trouva à dire en cette douce fin de soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mirany Parkerson

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 34
Date d'inscription : 26/06/2008

MessageSujet: Re: C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr   Mar 22 Juil - 16:17

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Retranscription des Discours de la Fête de l'été - 26/06/1945

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Salveo Maléficia :: Hors Poudlard :: ==Le reste de l'Angleterre== :: Godric's Hollow-
Sauter vers: