Le monde magique sombre peu à peu dans le chaos
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Mirany Parkerson

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 34
Date d'inscription : 26/06/2008

MessageSujet: C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr   Ven 27 Juin - 15:00

hj: désolé du petit rp je suis aps tres fortiche pour les début de rp ...]


Mirany avait envie de sortir pour voir du monde, mais en même temps elle ne voulait pas être dans la foule. La jeune femme sortit donc de chez elle et elle se dirigea vers le bar du trou noire, elle savait que la bas il n’y aurait presque personne et ça c’était bien. Apres avoir marché pendant un long moment, la demoiselle arriva devant la porte du bar.

Elle jeta un coup d’œil par la vitrine il n’y avait personne, elle avait donc eut raison de venir ici. Peu de gens connaissait cet endroit. Elle posa sa main sur la porte et l’ouvrit. La jeune femme se dirigea vers le comptoir, elle jeta un coup d’œil un peu partout et alla vers le serveur.


« Un Whisky Pur Feu s’il vous plait ? »

Quoi ? Elle n’en avait jamais gouté et une envie subite de boire un peu d’alcool. Elle enleva sa cape, elle était vêtue d’une longue robe noire, avec des talons aux pieds, quelque chose de simple mais de glamour tout de même. Le serveur ne mit pas longtemps à servir la jeune femme. Mirany prit place au comptoir sur un tabouret haut. C’était plutôt pas mal, ça faisait genre femme fatal, en même temps c’est une femme fatale xd. La jeune maman porta son verre à sa bouche et en prit une gorgée. C’était fort mais ça allait encore.

Au bout de quelques minutes quelques personnes entrèrent dans le bar, celui-ci commençait à se remplir, Mirany ne reconnaissait personne à première vue. L’Ex serpentarde se leva de son tabouret le verre à la main et se dirigea vers une table, au fond de la salle un coin bien tranquille. Elle alla s’assoir à une table, posa son verre sur la table. Un peu de compagnie ne lui ferait pas trop de mal.

L’horloge qui était accroché au mur marqué 20 heure, la jeune femme se releva a croire qu’elle ne tenait pas en place, elle allait se diriger vers les petits coins quand elle se prit une personne de face. Un gros spach se fit entendre, puis du verre brisé. Mirany releva les yeux et…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Clemence

avatar

Masculin
Nombre de messages : 1396
Age : 26
Maison ou métier : Prof de DCFM // Directeur de Serpentard // Ministre de la Coop. Inter. Magique
Mood : Indifférent - Froid
Argent : Parait que j\'ai 510 Gallions
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr   Ven 27 Juin - 15:39

[Ca? un RP court? rooo tss tss tss t'es bete toi, l'est pas court du totu ton RP pour moi c'est bien ca ^^ j'en fais plus des très longs maintenant tsais docn tkt pas =) ]

Foutue réunion de professeurs... Se voir obligé de se rendre dans une salle éclairée, confinée, avec beaucoup de monde, pour la plupart qu'il ne connaissait même pas ou qu'il haissait intérieureùent, afin de débattre du sort de chaque élève incompétent, devenait une véritable torture pour lui. Ce fut donc une très grande joie pour Alexander lorsque celui-ci put enfin prendre l'air et quitter le château un moment. N'ayant eu ni le temps ni l'envie de se changer, Alexander avait revêtu pour une fois, une tenue décente: une chemise noire à demi-ouverte à cause de la chaleur, et découvrant son torse poilu musclé (XD), un jean taille basse, faisant voir le haut de son boxer, comme le font les adolescents de nos jours; ses cheveux blonds toujours aussi classement ébouriffés, et des lunettes de soeil posées sur son nez, on aurait pu croire qu'Alexander sortait d'une réunion d'étudiants moldus. Ainsi, même s'il détestait tout ce qui était en rapport avec les Sang-de-bourbe, le jeune professeur ne mettait pas non plus de côté tout ce qui pouvait l'arranger ou l'avantager, que ce soit au niveau de l'apparence ou autre chose.

Bref, en cette fin d'après-midi, Edward avait envie de se relâcher un peu, de fuir Poudlard et ses élèves médiocres. La tete de Sanlgier, son bar habituel, aurait très bien convenu, mais il falalit maintenant qu'il s'habitue au lieu qu'il allait fréquenter dans des temps futurs, étant bientôt Mangemort. Se promenant donc dans les lieux sombres à la recherche d'un bar "convivial", Edward aperçut l'affiche du "Bar du Trou Noir". Apparemment, une certaine ambiance semblait y régner, et, curieux, il entra. D'emblée, une odeur fétide, mais en même temps très agréable d'alcool lui fouetta le visage. Se sentant quelque peu enivré et séduit par une telle atmosphère, il entra et se dirigea directement vers le comptoir sans prendre note des autres personnalités qui peuplaient le lieu. Aaah que ce bar portait si bien son nom.. Le trou Noir... en effet, on ne pouvait résister à entrer dans une telle taverne, si chaleureuse et accueillante; c'était comme si on se trouvait aspiré dedans... Commandant ainsi de sa voix froide et étrangement enjouée : "Un Vin des Elfes bien conservé Barman", il prit la chope qu'on lui tenait et s'apprêta à se diriger vers l'une de tables, située dans un coin sombre de la salle quand soudain une peronne sans doute très mal-intentionnée, lui rentra dedans en pleine face. Surpris et assez bousculé, Alexander lâcha par maladrese son verre, qui s'écrasa au sol. Dans un mouvement impulsif de colère, il commença à répliquer:


- Z'auriez pu faire att...

Mais apercevant enfin la personne qui l'avait bousculée, une véritable femme fatale sexy, surtot dans la tenue qu'elle portait, le jeune professeur devint soudain interdit et toisa de long en large, de bas en haut, d'un air ébahi et ridiculement réjoui, comme s'il avait eu une illumination, sa nouvelle interlocutrice. Se reprenant enfin quelques instants instants après, et passant innocemment une main dans ses cheveux, il adopta une voix subitement et étrangement grave et classe, avant de déclarer un :

- Besoin d'un service Mad'moiselle?

Sourire émail diamant affiché sur son visage, salut gentlemanesque, il sentit que les regards des clients tournés auparavant vers lui, se détournaient peu à peu et reprenaient leurs conversations. Tant mieux, il ne voulait pas non plus se taper trop l'affiche. D'autant moins surtout après l'épisode du pyjama donc il avait ét semble-t-il, l'animal de foire... xD


Dernière édition par James Clayton le Ven 18 Juil - 22:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mirany Parkerson

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 34
Date d'inscription : 26/06/2008

MessageSujet: Re: C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr   Ven 27 Juin - 15:42

Mirany venait donc de se prendre une personne en pleine face quand elle entendit une voix froide parler à son encontre. Elle leva les yeux, le regarda fixé sur la personne qui n’était autre qu’un homme. D’ailleurs, il lui semblait bien l’avoir déjà vu, mais ou ? Enfin bref, ça n’avait que très peu d’importance. L’homme regarda la jeune femme de haut en bas, celle-ci se regarda, il devait y avoir quelque chose qui n’allait pas. Non pourtant, elle reposa son regard sur celui de l’homme.

« Ne me regardez pas ainsi..je ne suis pas une bête… »

Celui-ci changea le ton de sa voix. Mirany avait le visage interrogatif quand elle se souvint enfin, elle eut un petit rire. Ayez, elle savait où elle l’avait vu. A Poudlard bien évidement, se fut autour de la demoiselle de le regarder de haut en bas..

« Non merci .. vous n’avez pas mit votre pyjama aujourd’hui ? »

Elle ne disait pas ça méchamment mais plutôt sur un ton moqueur, un serveur arriva et nettoya le reste. Mirany commença à se diriger vers le bar quand elle se retourna vers l’homme.

« Souhaitez vous autres chose, pour remplacer le verre que vous aviez en main ? »

C’était de sa faute s’il était tombé par terre, par principe elle se devait donc d’offrir un verre à son nouvel interlocuteur. Elle n’attendit pas sa réponse, Mirany attendait que très rarement les réponses des autres, elle commanda de Whisky pur feu. Le serveur se dépêcha, la jeune femme en tendit un à l’homme.

« Je ne vous avez pas vu, je ne comptais pas vous percuter ça va de soi, mais je tiens a vous rembourser votre verre »

Mirany passa une main dans ses cheveux et s'asseya de nouveau au bar. Beaucoup de regard restaient tout de même sur eux. Mais la jeune femme avait l'habitude de ce genre de chose, elle ne passait pas inaperçu par tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Clemence

avatar

Masculin
Nombre de messages : 1396
Age : 26
Maison ou métier : Prof de DCFM // Directeur de Serpentard // Ministre de la Coop. Inter. Magique
Mood : Indifférent - Froid
Argent : Parait que j\'ai 510 Gallions
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr   Ven 27 Juin - 15:42

Auparavant mal à l'aise mais désormais dans une attitude de décontraction, face à cette jeune femme, Alexander s'apprêtait déjà à faire son spectacle quand il se vit rabâcher, Mirany ayant refusé ses services. Non merci? Non mais, c'est un luxe, modame, de se voire rendre un service par Sir Clemence, une occasion à ne rater sous aucun prétexte, dans l'un des moments de sa vie. S'apprêtant ainsi à repartir à la charge, Alexander eut tout de même un coup de froid lorsque cette même jeune femme lui rappela le souvenir de son escapade en pyjama dans la Grande Salle. L'air faussement frustré qu'il avait ainsi adopté se transforma instantanément en un sourire figé et niais, posé au milieu d'un visage devenu flegmatique, blême. Semblant bredouiller quelques paroles inaudibles et incompréhensibles, le professeur de Poudlard se reprit et répliqua d'un ton décalé, presque hautain:

- Les pyjamas sont réservés pour les grandes occasions, lorsqu'il s'agit de se montrer. Or, en ce moment, ce dont j'aspire le plus, c'est d'être seul, ou accompagné seulement d'une femme comme vous.

Clin d'oeil appuyé pour ponctuer le cours de sa phrase, il rejoignit enfin Miss Parkerson au comptoir du bar. Laissant celle-ci faire la commande, il en profita pour scruter l'état des lieux. L'aspect miteux, moisi, et contenant une forte et désagréable odeur d'humidité, l'auberge dans laquelle il était entré semblait avoir été installée à la va-vite, ou alors construite sur des fondements déjà dévastés, mais que l'on aurait réhabilité au strict minimum. Seule une mystérieuse arrière-salle semblait correctement aménagée. Un peu ragoûtant certes et lui rappelant ds souvenirs assez malheureux, notamment sa vie pasée à l'orphelinat, mais outre ces aspects indésirables de la chose, cela ne lui changeait pas vraiment non plus des cachots de Poudlard, qu'il fréquentait souvent pour y donner ses cours.

Se retournant enfin afin de prendre avec amabilité le verre poussiéreux mais rempli d'un liquide délicieux, que lui tendait Mirany, Alexander hocha la tête en signe de réponse, face au semblant d'excuse de Mirany, et leva son verre en signe d'hommage. Mais, remarquant que l'attention de la jeune femme, se tournait plutôt vers les autres clients, dont les regards étaient tournées vers elle, mais qui ne lui causaient aucun désagrément particulier, puisqu'elle y restait indifférente, il ne put s'empêcher d'opiner:

- Il est vrai que vous avez tous les atouts pour être ainsi copieusement observé, Mademoiselle.

SOuriant presque avec malice, il leva de nouveau son verre et but silencieusement une longue gorgée d'alcool. Enfin, comme si dans sa petite tête, un petit TILT s'était produit, il prit un air théâtralement distingué avant de décliner son identité:

- Aow, au fait, Sir Clemence, Alexander Clemence, ou Alex tout court uhuh, professeur à Poudlard.

Tendant une main par signe de politesse - même s'il ne s'attendait pas à ce que la jeune femme la serre en retour - Edward attendt la réaction de son interlocutrice, demeurée encore agréablement inconnue à ses yeux.


Dernière édition par James Clayton le Ven 18 Juil - 22:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mirany Parkerson

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 34
Date d'inscription : 26/06/2008

MessageSujet: Re: C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr   Ven 27 Juin - 15:43

Mirany écouta l’homme qu’elle avait face à lui. Elle fit un léger sourire en coin à la phrase de celui-ci . Jem’s prit le verre que la jeune femme lui tendait. Mirany alla se mettre un peu en retrait afin d’être un peu tranquille et de ne plus sentir le regard des gens sur elle. Elle but une gorgée de son verre, qui lui faisait toujours les mêmes effets, décidément c’était assez fort comme alcool. Ses joues prirent une couleur rosâtre.

« C’est fort possible pour une vélane, ça ne peut paraitre que normal… »

Le jeune homme se présenta, Mirany eut un petit sourire, elle le connaissait déjà. Mais lui ne l’avait peut être pas reconnut, pourtant elle ressemblait comme deux gouttes d’eau à sa sœur. Chelsy et elle étaient jumelles. Elle fit un léger signe de tête et posa sa main délicatement dans la sienne pour la serrer.

« Je sais qui vous êtes… Moi c’est Mirany … Mirany Parkerson »

La jeune femme qui était à présent dans la pièce isolé, alla s’assoir tranquillement à une table. Elle passa une jambe sur l’autre et posa son verre, la demoiselle allait faire sa curieuse comme toujours. Bien que Chelsy et elle était quasiment identique, quelques petits traits de caractères les différencier.

« Moi je tiens une boutique de vêtement, madame Guipur. Il se fait tard pour un professeur non ? »

Ben quoi ? La jeune femme porta son attention sur un groupe de personnes, ceux-ci étaient entrain de se disputer et s’approchait dangereusement de la salle calme. Mirany n’aimait pas les intrus, la jeune femme tourna son attention sur Jem’s.

« Il y a l’air d’avoir du monde ce soir…… »

La demoiselle reposa son regard sur l’homme qui se trouvait non loin d’elle, elle ne l’avait vu que très peu de fois. Mais Mirany avait une mémoire pour ce qui était des visages, si elle avait bien raison celui-ci comptait bien être un disciple de Voldemort ou l’était-il peut être déjà ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Clemence

avatar

Masculin
Nombre de messages : 1396
Age : 26
Maison ou métier : Prof de DCFM // Directeur de Serpentard // Ministre de la Coop. Inter. Magique
Mood : Indifférent - Froid
Argent : Parait que j\'ai 510 Gallions
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr   Ven 27 Juin - 15:43

Rooo moi qui attendais comme un beta ta réposne alors que c'était à moi de répondre tsss tss tsss toujours aussi tête-en-l'air cet Alexou >.<]

Une Vélane, ainsi, elle était une Vélane... Oui en effet, cela expliquait tous ces regars tournés vers elle, ce charme et cette grâce paradisiaques qu'elle diffusait naturellement et en permanence autour d'elle et qui faisait rêver les hommes, aussi catholiques soient-ils... D'ailleurs, Alexander se demandait même en cet instant, si lui-même n'était pas victime de cette séduction inconsciente, de la part de la jeune femme; si... Oh et puis après tout, il s'en fichait un peu quelque part, être sous l'emprise d'une créature, qu'elle soit Vélane ou humaine, aussi jolie et attirante que celle-ci, ne pouvait causer pas de tort, bien au contraire. AInsi rempli d'une certaine allégresse et étrange chaleur, lorsque celle-ci lui adressa un sourire pour le moins ravageur, sur son visage pris d'une magnifique teinte rosée, Alexander dut faire un énorme effort pour ne pas rester imbécilement silencieux et inerte, face aux paroles de la jeune femme. Vidant ainsi brusquement sa chope d'alcool, afin de masquer ce bref moment de trouble, il reprit la discussion, sans une certaine once de gravité dans sa voix, probablement afin de se rendre encore plus intéressant.

- Parkerson... Hmm oui, il me semblait bien, votre soeur, Chelsy c'est ça? Je l'ai rencontré quelques années auparavant. Une fille un peu froide, plus froide que vous en tous les cas uhuh... mais tout aussi charmante.

Mirany s'était à présent levée de sa chaise et s'était dirigée, dans l'arrière-pièce du bar, une salle assez sombre et dépourvue de monde, réservée sans doute à des rencontres privées ou à des clients désireux de se retrouver seuls. Alexander, toujours assis à sa place d'origine, n'aait pas désiré rejoindre sa compagne de la soirée tout de suite. Au contraire, l'air appréciateur, quelque peu malicieux, voire même satisfait, il observa de bas en haut, la démarche de la jeune femme, ainsi que l'attitude typiquement féminine, mais tellement sensuelle, qu'elle eut à passer une jambe sur l'autre. La rejoignant enfin, même sourire émail diamant aux lèvres, et repassant une dernière fois ses mains dans ses cheveux blonds, marchant théâtralement mais d'une manière assez classe, à la manière d'un top model masculin, Alexander se posa enfin devant la jeune femme, avant de répondre malicieusement à la question qu'elle lui avait posée:

- Du moment que je ne suis plus de fonction la nuit, je peux vaquer librement à mes occupations, et ce, à mon propre gré. Evidemment donc, je ne donne plus de leçons la nuit, mais parfois, il m'arrive de donner des cours particuliers si vraiment certaines personnes le désirent uhuh.

Clin d'oeil à l'appui, Alexander ne semblait pas avoir entendu la dernière phrase de Mirany à propos du monde présent ce soir là. Mais, sortant furtivement sa baguette, et la pointant vers l'entrée de l'arrière-pièce, il murmura un léger : "Collaporta" et la porte moisie, dissimulée aux regards, dans l'ombre, moisie au cours du temps, se referma violemment, et les sépara des autres clients, étouffant ainsi le bruit des disputes dont Mirany faisait référence. Désormais, seule une faible lumière de fond, que projetaient quelques flambeaux à demi-éteints, éclairait la pièce. L'air faussement innocent, et tournant le regard un peu partout dans la pièce comme s'il cherchait quelque chose en particulier, Alexander répliqua:

- Du monde? Où ça?

Souriant encore une fois avec malice à la jeune femme, le professeur de Poudlard reprit la réponse qu'il avait entamée quelques instants auparavant:

- En tant que prof à Poudlard, j'ai peu d'occasions pour sortir du château, mais aujourd'hui, j'ai voulu en profiter un peu... et je ne le regrette pas, vu la très charmante compagnie en laquelle je me trouve.

Souriant de nouveau aimablement à la jeune femme en essayant au mieux de se mettre en valeur, il demanda à son tour:

- Et vous, que faites-vous donc en cette nuit calme et paisible, jolie mademoiselle? Il se fait tard pour une commerçante travaillant dans un magasin de prêt-à-porter, non?

Ayant volontairement répété la question qu'elle lui avait posée auparavant, Alexander attendit enfin la réaction de la jeune femme, suite à cette petite taquinerie, et à cette curiosité dont il ne masquait pas l'intérêt qu'il y portait.


Dernière édition par James Clayton le Ven 18 Juil - 22:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mirany Parkerson

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 34
Date d'inscription : 26/06/2008

MessageSujet: Re: C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr   Ven 27 Juin - 15:45

Hj : ne regarda pas ma Mirany de dos de la sorte -_-‘ pervers ! XDD.

Le jeune homme prit la parole et parla de sa sœur, elle lui fit un sourire, oui c’était tout elle. Sa sœur était l’une des personnes qui comptait le plus pour elle. Mirany et elle était pareil sauf quelques très de caractères. Elle fronça un minimum les sourcils aux paroles d'Alexander…

« Vous insinuez donc que je suis chaude ? xd..um… »

Elle posa son regard sur l’homme, les yeux sincéres, et un petit air crédule accroché à son minoi. Puis un léger sourire en coin apparut, bien sur qu’elle avait comprit ce que celui-ci voulait dire, mais c’était juste pour se moquer un peu de Sir Clemence…

« Je plaisantais bien évidement. J’espère qu’il ne vous serez jamais venu à l’idée d’insinuer de tel chose à une femme. Chelsy est bien ma sœur, ma sœur jumelle d’ailleurs si vous ne l’avez pas remarqué. Et oui il à un caractère plus dur que moi. On ne peut pas tout avoir »

Mirany avait changé de place, celle-ci c’était retrouver dans une pièce isole, bien qu’elle sentit un regard sur elle, elle ne se retourna pas. A première vue, son interlocuteur ne la suivait pas. Au bout d’un moment elle sentit une présence non loin d’elle, elle se retourna c’était lui, un large sourire accroché aux lèvres.
Décidément, elle prit un air hautain sans vraiment être désagréable et d’un air envoutant elle se mise à parler.


« Je ne prends jamais de cour particulier, je n’en ai pas besoin… Mon don me permet d’avoir tous les hommes que je le souhaite, bien que je ne l’ai jamais encore utilisé, je me demande se que ça pourrait faire… Sur certaines personnes…enfin bref »

Un bruit sourd se fit entendre, c’était la porte qui venait de se refermer violement. Mirany la regarda puis regarda son interlocuteur qui avait prit un air innocent, il fit un léger sourire et un petit geste vif de la tête. Elle porta de nouveau son verre à la bouche.

« C’est exact, c’est un magasin de prêt à porté… J’ai une vie bien remplis et j’avais envie de prendre un peu de temps pour moi tout simplement. D’où ma présence ici. Juste une petite question… »

Elle le regarda d’un air mesquin, passa sa main dans ses cheveux, cette mèche, elle l’avait depuis l’adolescence et sans cesse, elle la remettait en place, peut être qu’un jour elle la couperait. Pas ce soir en tous les cas.

« Vous parlez toujours aux femmes de la même façon ? »

Un petit sourire à l’appuie, elle reprit une gorgée, c’était étrange ce que cette boisson pouvait provoquer. La pièce était éclairé d’un chandelier c’était assez jolie, les lueurs que cela provoquait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Clemence

avatar

Masculin
Nombre de messages : 1396
Age : 26
Maison ou métier : Prof de DCFM // Directeur de Serpentard // Ministre de la Coop. Inter. Magique
Mood : Indifférent - Froid
Argent : Parait que j\'ai 510 Gallions
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr   Ven 27 Juin - 15:46

HJ : Ptdrr XD

Toujours attablés et face-à-face, les deux convives s'affrontaient désormais en paroles et regards interposés. Alexander, de son côté, n'avait pu résister à tenter une approche envers la jeune femme. Il ne savait pas à cet instant, s'il était bien positionné afin d'entrer dans les faveurs de la jeune femme, mais, toujours est-il qu'il prenait conscience de sa chance, de rester assis là, en tête-à-tête avec une interlocutrice, devenue si séduisante à ses yeux. Ainsi perdu dans ses interrogations, mais ne se gâchant pas le plaisir de l'admirer encore et toujours, ce joli minois qui le fixait si profondément et douceureusement qu'il en succomberait, Alexander se trouva très (agréablement? Lui-même ne le savait) surpris lorsque la jeune femme lui répliqua en lui demandant sur un air vaguement sérieux, s'il la trouvait... chaude. =o L'effet de l'alcool peut-être, ou encore un état d'euphorie passager qui lui aurait pris à ce moment, le professeur de Poudalrd dut faire un énorme effort afin de réprimer un éclatement de rire, tellement la question avait été inattendue et brutale. Il la trouvait, il fallait l'avouer, extrêmement séduisante, attirante, sensuelle, femme fatale, comme il l'avait qualifié en début de soirée, mais que lui fallait-il répondre face à ce genre de situation? Oui elle lui faisait de l'effet, comme visà-vis des autres êtres humains, de nature masculine, son charme de Vélane agissant constamment sur lui, depuis qu'il l'avait rencontré, et sans doute le savait-elle déjà. Mais quelle était donc la bonne réponse à cette interrogation, lui fallait-il balancer encore une fois, l'une de ses excuses bidons, afin qu'il puisse se justifier de son état? Un moment de silence assez troublant à vrai dire, mais étrangement appréciable, au goût du jeune homme. Il continuait de la regarder de son air épris, presque envoûté, jusqu'à ce qu'enfin Mirany intervienne de nouveau.

- Moi? Insinuer une telle chose, mademoiselle, jamais ô jamais je n'oserai insulter une dignité telle que la vôtre, s'écria-t-il sur un ton douceureux et faussement innocent. Néanmoins, à défaut d'être chaude, je dois avouer que vous me paraissez très... chaleureuse.

Mais, ne pouvant conserver son sérieux encore plus longtemps, il ne put s'empêcher d'opiner:

- En effet mais... je pense que vous avez déjà une grande partie de ce qu'il faut.

L'observant de nouveau de haut en bas, d'un regard plus qu'appréciateur, mais cette fois-ci de manière volontairement remarquable, afin que Mirany puisse s'en apercevoir, Alexander afficha un air taquin sur son visage. Pourtant, peu à peu, cette attitude malicieuse qu'il avait de taquiner et chercher la jeune femme, il la perdit presque aussitôt lorsque celle-ci usa de son charme et de sa voix envoutante afin de lui répliquer. Oui, désormais, il se sentait bien en sa présence, et plus que jamais, il aurait voulu séduire une femme et mettre en avant toutes ses qualités afin de se mettre en valeur; ce parfum aux allures paradisiaques qui lui montaient au nez puis au cerveau, cette douceur dans le visage qui s'imposait devant lui, cette attitude si franche et si peu réservée, celle d'une femme qui ne se laissait pas faire par le comportement plus que mesquin d'un homme tel que lui, et puis ces petits tics un chouya sensuels qu'elle avait à mettre la main dans ses cheveux ou encore de croiser les jambes d'une manière si féminine... Il ne pouvait résister à de telles circonstances. Docile presque, tout juste encore maître de ses actions, Edward ne put que répondre:

- Sur certaines personnes? Auriez-vous l'intension de me manipuler mademoiselle?

Un sourire avait de nouveau reparu sur son visage. Bien que l'idée de se trouver sous l'emprise de la jeune femme - enfin... de Cette jeune femme en particulier, de Mirany - ne le déplut pas plus qu'autre chose, Edward se demandait tout de même quels effets, une telle domination sur son être, aurait. Déjà, à la limite du controle de lui-même, le jeune professeur de Poudlard se sentait comme porté vers un autre univers, il ne se sentait presque plus lui-même - quoique - alors il n'osait pas imaginer ce qu'il deviendrait, si jamais il devait être sous l'entier contrôle de la jeune femme. Souriant encore une dernière fois, en réaction à l'interrogation ultime qu'elle lui posait, il répondit :

- Seulement aux femmes de votre trempe et de votre... envergure mademoiselle uhuh.

Puis, encore une fois ne pouvant s'empêcher d'aller émettre la remarque de trop, celle qui trahissait toujours son manque continuel de sérieux, il demanda :

- Encore un verre, mademoiselle Parkerson? J'ai l'impression que la boisson a de l'effet sur vous et en quelque sorte... vous fait du bien.

Hé bien quoi? L'ambiance était extrêmement chaleureuse, romantique même, cette lumière à demi-éteinte, ces flambeaux dressés vers le plafond, et ce chandelier qui faisait figure de chandelle, ce tête-à-tête initialement imprévu, et lui, déjà si submergé par le charme émis par cette Vélane, Mirany Parkerson. Il fallait qu'il en profite, c'était le moment où jamais.


Dernière édition par James Clayton le Ven 18 Juil - 22:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mirany Parkerson

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 34
Date d'inscription : 26/06/2008

MessageSujet: Re: C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr   Ven 27 Juin - 15:47

Bien comme elle le pensait un long silence apparut dans la salle suite à sa question. La jeune femme l’observait, celui-ci devait draguer toutes les femmes qu’il voyait un coureur de jupon ? Le jeune homme l’observa une nouvelle fois de haut en bas. Mirany le regarda sans siller du regard. Elle eut un petit rire quand elle entendit le jeune homme lui demander si elle avait l’intention de le manipuler. Elle fit une légère mimique.

« Pourquoi pas… ? Je ne l’ai jamais utilisé et ma curiosité me poussera un jour ou l’autre à le faire. »

Elle posa sa main sensuellement sur sa joue le coude sur la table. Mirany eut un second sourire quand elle entendit les paroles d'Alexander à nouveau, si c’était le cas, il avait surement fait ça avec Chelsy arf, il s’était fait envoyé bouler et le fait qu’elle ai un caractère plus froid. Ou aussi bien celui-ci… Elle fit un geste vif de la tête quand le jeune homme lui proposa un second verre.

« Qui me ramènera si jamais je ne suis plus en état… ? »

La discussion était plutôt drôle avec cet homme, elle ne l’avait vu que furtivement par le passé. Comme beaucoup d’autres personnes à croire que tous ceux de l’av reliaient vraiment cette cause, pour se trouver dans un endroit sombre. Puis reprenant son sérieux, elle commença de nouveau à parler.

« Les femmes doivent affluer pour vous..Non ? Vous êtes charmant, bel homme…»

La jeune femme fit un soupir, ra ça les beaux hommes elle connaissait, elle connaissait même trop bien. Le père de Céphora était un bel homme, de même que Sébastian également, tout deux l’avait fait souffrir arf les hommes. Elle enleva son visage et posa sa main sur la table jouant avec un bout de tissu.

« Vous avez des passions a par charmer les femmes ? »

Tant qu’elle était la autant essayer de le connaitre plus, Mirany n’avait rien a faire ce soir et si elle rentrait de suite, elle s’ennuierait surement puisque Céphora était déjà couché. Un léger sourire accroché aux lèvres, la jeune femme attendait les réponses du jeune homme. C’était une bel soirée, le temps à l’extérieur était doux, juste une petite bise soufflait sur les vitres du bar. Le bruit de la grande salle du bar, se faisait moins entendre à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Clemence

avatar

Masculin
Nombre de messages : 1396
Age : 26
Maison ou métier : Prof de DCFM // Directeur de Serpentard // Ministre de la Coop. Inter. Magique
Mood : Indifférent - Froid
Argent : Parait que j\'ai 510 Gallions
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr   Ven 27 Juin - 15:47

Alexander ignorait toujours ce que la jeune femme pensait de lui: si elle avait une mauvaise pensée à son propos, elle l'envisagerait comme un simple coureur de jupons, ou comme l'un de ces gars qui aimaient bien s'entourer de femmes, et être dans leurs grâces afin de prendre ses aises; ou au contraire, si elle avait une bonne perception de lui, c'est qu'alors, elle aimait les hommes pleins d'intiative, ambitieux et ne cachant pas leurs desseins, n'ayant pas peur d'aller voir directement les femmes qui leur plaisaient, non réservés et assez expansifs dans leurs manières d'agir. Il était clair pourtant, qu'Alexander ne faisait partie d'aucune de ces deux catégories, bien que les cironstances ici présentes, eurent prétendu le contraire. D'habitude assez réservé, calme, posé et ne s'emportant pas à la moindre vue d'une jolie fille, le jeune professeur de Poudlard avait pourtant décidé cette nuit-là, de se décontracter et de prendre un peu de bon temps avec sa compagne de la soirée. Non pas qu'il la considérât comme une fille facile, mais autant pouvoir s'amuser cordialement - voire plus s'il y avait possibilité - avec une fille aussi sympathique et jolie que celle qui se trouvait juste en face de lui, en cette salle confinée. Ainsi détendu et tentant de son mieux de ne regarder Mirany que dans ses yeux, Alexander se vit répliquer maintes fois - elle avait donc si bien de la répartie cette jeune et jolie femme - avant qu'il ne réponde lui-même à son tour:

- Votre curiosité? Quelle chose voudriez-vous voir ou savoir Miss Parkerson, afin que vous employiez le mot "curiosité"? Hum Hum

Bien sûr, le jeune professeur avait parfaitement compris le sens de la réplique de Mirany. Pourtant, cela lui plaisait si bien de la titiller de cette manière, et agréablement constater ensuite, à quel point elle se montrait indulgente envers ses remarques mesquines et malicieusement tournées. Adoptant ainsi, encore une fois, l'une de ses attitudes burlesques et pour ainsidire comiques, il mit sa bouche en en forme de "o" et mit sa main devant cette même bouche afin de signifier son étonnement, tout à fait faux et taquin. puis, ne pouvant s'empêcher de continuer sur sa lancée, rejetant ses cheveux en arrière et se raclant la gorge probablement afin de rendre sa voix un peu plus grave, plus suave, Edward mit un genou à terre, juste en face de Mirany et lui répondit d'un ton douceureux:

- Je saurai rester sobre. Je saurai vous ramener mademoiselle. Gentleman Clemence, pour vous servir.

A force de jouer un tel jeu pourtant, Edward se demandait désormais si les impressions qui l'imprégnaient depuis une bonne poignée de minutes déjà, devenaient véritables. Ce désir qui le poussait à se rendre intéressant aux yeux de la jeune femme, cette réserve qu'il s'empressait de refouler au fond de son être afin de se découvrir entier, sincère et authentique dans ses ambitions, et ses actes, représentaient bien là des preuves quant à sa conviction d'acquérir les faveurs certes, mais en même temps peut-être aussi une bonne impression réciproque, si ce n'est plus, de la part de la jeune commerçante.

- Je vais finir par croire que vous êtes intéressée par moi, après tous ces compliments... vous allez me faire rougir.

Se retenant de rire, vis-à-vis de sa remarque, lui qui savait qu'il ne rougissait jamais, ni de honte, ni de colère, ni de plaisir - quoique... - mais aussi vis-à-vis des remarques valorisantes qu'elle lui avait faite, Alexander ne répondit pourtant que très vaguement à la question qu'elle venait de lui poser.

- Les femmes affluent oui... mais très peu restent.

Les femmes... Un sujet qu'Alexander arrivait à très peu développer. Tout simplement parce qu'il n'avait rien à dire ou presque sur le sujet. S'étant rendu compte de son attirance pour les femmes, du fait qu'il pouvait éprouver des sentiments, que très tard dans son enfance, lui avait valu un certain handicap, non pas physique mais psychologique. Seule une fille, l'avait aidé à se sortir de son enfermement et de sa bulle. A l'époque, il s'était très bien senti en sa présence, et ce fut grâce à elle qu'il sortit peu à peu de son omnibulisme envers les théories quelque peu extrêmistes et radicales de Serpentard; grâce à elle il s'était ouvert au monde; grâce à elle il s'était rendu compte de ses sentiments. D'une manière tragique et éphémère certes, mais il s'en était rendu compte. Aujourd'hui encore, il ne regrettait pas. Il ne regrettait pas ces moments de bonheur et de béatitude quil avait su partager avec cette fille, même si ce fut très bref. Pourtant, il fallait qu'il s'habitue désormais à sa vie nouvelle; cette fille était partie définitivement ou provisoirement il ne savait, mais il ne lui fallait désormais, du moins pour l'instant, que compter sur lui-même, afin d'explorer encore et toujours ce domaine dont il était encore le grand ignorant, celui des sentiments. Oui, il avait rencontré des filles, mais jusques à présent assez peu intéressantes ou purement superficielles. Sans doute était-ce pour cette raison, qu'à chaque nouvelle première fois, chaque nouvelle rencontre, il se demandait si c'était la bonne, si par hasard, ce serait avec cette fille-là enfin, qu'il partagerait une partie de sa vie. Une fatalité dérisoire qui ne semblait pas l'atteindre, au vu de ses agissements et de sa témérité, lorsqu'il alalit vers les femmes afin de les séduire, mais qui l'atteignait quand même. Parti quelque peu dans ses reveries, James fut ramené à la réalité par une ultime question de Mirany.

- Ooh, je suppose que vous savez déjà. Ceux qui sont passés par Serpentard, les vrais, les plus nobles d'entre eux, ont souvent des passions communes. D'ailleurs, ils se retrouvent pour la plupart d'entre eux, regroupés au sein d'une confrérie très très restreinte, dont les gens ont appris à se méfier, en raison de leur chef, qui, parait-il est assez renommé pour ses qualités de plus grand mage noir de tous les temps. Maintenant, reste à savoir si moi, je fais partie d'un tel regroupement...

Il fallait avouer que le professeur de Poudlard avait toujorus aimé faire planer le doute et le mystère autour de lui. Attirer les regards et l'attention des autres, c'était cela qu'il aimait. Surtout si cet "autres" était une femme séduisante telle que Mirany.


Dernière édition par James Clayton le Ven 18 Juil - 23:02, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mirany Parkerson

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 34
Date d'inscription : 26/06/2008

MessageSujet: Re: C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr   Ven 27 Juin - 15:47

La demoiselle écouta le jeune attentivement, leur discussion était assez spéciale. Elle fit un léger sourire, les yeux vers le haut en réfléchissant à ce qu’elle aimerait savoir. La jeune femme resta la quelques secondes avant de plonger de nouveau son regard dans celui de l’homme.

« J’aimerais savoir ce que ça ferait de voir un homme à ces genoux. »

Elle eut un petit rire, c’est à ce moment la qu'Alexander c’était mit à genoux, elle se mit à rire, et fit un signe de la tête. Elle le fixait toujours, c’était plutôt amusant d’être avec lui, leur conversation était dérisoire.

« Je ne m’attendais pas à ce que ça aille si vite et pourtant je n’ai rien fait. Pour la question de rester sobre, je crois que moi aussi je serais le faire, c’est ton jamais ce que l’alcool pourrait me faire faire. »

Elle pencha la tête les yeux brillant et un large sourire aux lèvres, il était drôle ce jeune homme. Puis celui-ci parla de nouveau, Mirany n’était intéressé par personne, son cœur était fermé à double tour, elle avait trop souffert avec les hommes, Peut être qu’un jour quelqu’un trouverait la clé.

« Je suis intéressé par ma curiosité… Moi et les hommes c’est une longue histoire de souffrance. J’ai une enfant et je ne peux me permettre de souffrir à nouveau »

Elle passa de nouveau sa jambe sur son autre jambe, les mains posées entrelacé sur ses genoux. Apparemment celui-ci non plus n’avait pas eu beaucoup de chance, elle fit tout de même un sourire, il leur faisait peut être peur ? Ben quoi ? Elle ne savait pas vraiment quoi répondre à sa phrase, elle sauta donc celle-ci pour écouter la suite de ce qu’il avait à dire.

« Je n’ai aucun doute à votre sujet Monsieur Clemence. Alors n’essayait pas de faire en sorte que je perde le fil. Vous risqueriez de le perdre vous-même. »

Elle eut un petit rire, elle ouvrit la porte dans un vacarme à l’aide de sa baguette et appela le serveur, elle lui recommanda la même chose. Celui-ci arriva assez vite et posa les deux verres sur la table, Mirany referma la porte. Elle posa son regard sur Alexander et leva son verre.

« A la notre ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Clemence

avatar

Masculin
Nombre de messages : 1396
Age : 26
Maison ou métier : Prof de DCFM // Directeur de Serpentard // Ministre de la Coop. Inter. Magique
Mood : Indifférent - Froid
Argent : Parait que j\'ai 510 Gallions
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr   Ven 27 Juin - 15:48

Oui, il était vrai qu'Alexander n'avait jamais eu de chance avec les femmes; néanmoins, cela ne l'empêchait pas d'aller vers elles. Même si, au fil des rencontres, il se rendait compte que ce n'était jamais la bonne, au moins il aurait passé un bon moment avec chacune d'entre elles. Ce n'était pas un mal d'aimer les femmes, encore moins de le leur faire savoir. En ce cas présent néanmoins, Alexander avait été surpris. Mirany, sensuelle, séduisante, belle, intelligente et maligne même, au vu de ses répliques, paraisait pourtant, chargée d'un certain trouble, trouble qu'elle s'empressait de cacher et d'enfouir au fond d'elle, comme un secret qu'elle n'aurait jamais voulu dévoiler, ni faire ressortir. Même s'il comprenait et savait ce que cela faisait de porter un poids, le poids d'un secret, d'une expérience que l'on a du mal à se remémorer, sans voir une certaine souffrance poindre dans le creux du ventre, le jeune professeur ne pouvait s'empêcher d'exprimer sa curiosité et de satisfaire son envie de savoir. Peut-être cela lui permettait-il d'oublier lui-même ce qu'il avait vécu, ou alors de comparer sa douleur à celle des atres, en arrachant leur propre histoire... Toujours est-il qu'il ne se laissa pas distraire, et, loin de là, il répondit à la jeune femme:

- Oh... Je suppose que vous savez déjà ce que doit être un homme à vos genoux. Non seulement vous êtes séduisante, mais je ne crois pas me tromper en supposant que vous avez peut-être au fond de vous, un caractère assez fort. Je ne dois pas être le premier qui se soumet à vous ainsi.

Un sourire aimable se dessina sur le visage d'Alexander. Et Dieu sait s'il était difficile pour ce jeune homme de se montrer aussi purement sincère, sans arrière-pensée. Alexander représentait certes aux yeux de (presque) tous, une figure fourbe et hypocrite, manipulateur et proprement ambitieux dans ses manières de penser et d'agir, mais ce que les gens ignoraient, c'était qu'il se découvrait assez facilement et sentait, comme qui dirait, en sécurité, lorsqu'il se trouvait en présence d'un de ses semblables, d'une de ces rares persnnes suceptibles de le comprendre lui, en tant qu'être humain, pour avoir vécu des expériences semblables à la sienne, dans un plus ou moins lointain passé.

- C'ETAIT une longue histoire de souffrance mademoiselle. Vous ignorez ce que vous réserve l'avenir... si cela se trouve, un jour, vous allez rencontrer un homme aux cheveux blonds, très enclin à séduire les femmes, dans un bar la nuit, avec qui vous buvrez un verre, avec qui vous vous rendrez compte que vous avez peut-être vécu la même chose dans votre vie sentimentale passée, et avec qui peut-être, vous partagerez le reste de votre vie...

Utilisant ses deux pouces afin de se désigner, et mimant avec sa bouche, mais sans n'émettre aucun son, le mot "MOI", Alexander n'avait pas su résister afin de conserver son sérieux. Toutefois, au fond de lui, le message qu'il voulait passer à la jeune femme, était bel et bien clair: il ne fallait pas rester sur ses fins et continuer à aller de l'avant; que la vie réservait toujours des surprises, mais qu'en fin de compte, même si ces surprises se révélaient mauvaises, l'on ne pouvait rien faire pour contrer le mouvement. Oui, certes, les déceptions qui pouvaient être encourues, apparaitraient souvent comme assez douloureuses et désillusoires, mais tout ce qui était à gagner était si large, profitable et possible, qu'il valait la peine de toujours et encore progresser sur sa lancée... Bref, abordant de nouveau un sourire aimable à la jeune femme après lui avoir tiré la langue d'un air taquin, suite à ce qu'il venait de dire, il poursuivit:

- Aucu doute? Vraiment... Alors pourriez-vous peut-être me dire ce que j'ai l'intention de devenir dans un proche futur? Et arretez de criser et décroiser votre jambe de cette manière, vous savez parfaitement que je suis sensible à tous ces actes typiquement féminins uhuh.

Mais, n'attendant pas que son interlocutrice lui réponde, il prit le verre que le serveur leur avait apporté et le leva en l'air, lui aussi, en réaction à l'hommage que Mirany venait de leur porter.

- A nous!

Puis, ingurgitant une partie du liquide euphorisant, il attendit la réaction de la jeune femme à ses réponses.


Dernière édition par James Clayton le Ven 18 Juil - 23:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mirany Parkerson

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 34
Date d'inscription : 26/06/2008

MessageSujet: Re: C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr   Ven 27 Juin - 15:48

La jeune femme regarda l’homme sans rien dire, elle l’écouta avec un léger sourire aux lèvres, celui-ci était vraiment flatteur, il avait surement raison, il avait même raison. Mais Mirany ne voulait pas de tout ces hommes à ces pieds, étant jeunes elle rêvait du prince charmant. Malheureusement pour elle, elle apprit très vite que ce n’était qu’un comte de fée minable. Elle le regarda, laissant un petit moment de silence. Apres avoir observé son interlocuteur elle reprit la parole.

« Vous savez tout le monde ne né pas parfais. Il est fort probable que je cache un fort caractère qui sait ? Et non vous n’êtes pas le premier. Et vous, c’est la première foi que vous le faites ? Je suppose que non, vous me semblez si a l’aise et détendu, mais peut être cachez vous bien votre jeu…»

Mirany regarda l’homme avec un petit air amusé, même quand elle paraissait triste, elle avait toujours ce petit air, même quand elle essayait de paraitre froide avec les autres, il revenait toujours, elle n’était aps crédible et pourtant… Elle eut un petit rire quand celui-ci eut finit sa phrase, il ne pouvait pas savoir ce qu’avais enduré Mirany, pendant ces longues dernières années. La demoiselle reprit une gorgée de son verre, le liquide coula le long de sa gorge avec cette même sensation de piquotement, étrange pour du Wisky, mais bon. Elle eut un petit pincement au cœur en voyant James agir de la sorte, ça lui rappelait Tommy par la passée qui s’accrochait à l’adolescente et qui avait réussit à l’avoir mais l’avait laissé enceinte pour une autre femme. Elle but plus du quart de son verre histoire de faire passer la pilule, puis d’une voix douce elle répondit calmement.

« Vous aimez les comtes de fée cher Monsieur Clemence ? Pensez vous vraiment que femme qui à été tant de fois perdu à cause des hommes puisse un jour refaire confiance à un homme ? Une femme de mon envergure de mon caractère… »

Mirany fit un léger sourire pourtant elle n’en avait pas envie, mais lui ce n’était pas de sa faute, elle ne pouvait pas s’en prendre à lui parce que certains hommes c’étaient joué d’elle. Quelle jeune femme naïf avait-elle fait… Elle écouta la suite de ce que l’homme avait à lui dire. Il lui posait des questions et elle allait y répondre quand elle entendit les mots croiser décroiser…Elle décroisa ses jambes sur le champ, ses pommettes avaient prient une petite teinte rose. C’était une habitude chez elle de le faire, elle ne se rendait même plus compte. Les yeux fixant ceux de l’homme, elle resta plantée comme ci elle avait été étonnée de sa phrase.

« Je fais ce que je veux. »

Puis elle les recroisa, non mais dit donc la … La demoiselle avait prit un petit air hautain a ce moment la, elle fit semblant de réfléchir un instant. Elle espérait avoir bien déduit le jeune homme du moins se qu’il ferait.

« Vous allez vous rallier à la même cause que moi je suppose. Vous allez surement continuer de charmer les jeunes femmes et aussi finir votre verre »

Tout ça n’était pas vraiment de la déduction mais plutôt de la logique, un léger sourires aux lèvres, elle reprit son verre et le porta à la bouche, cette conversation était des plus étrange, mais c’était amusant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Clemence

avatar

Masculin
Nombre de messages : 1396
Age : 26
Maison ou métier : Prof de DCFM // Directeur de Serpentard // Ministre de la Coop. Inter. Magique
Mood : Indifférent - Froid
Argent : Parait que j\'ai 510 Gallions
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr   Ven 27 Juin - 15:49

Alexander avait peut-être paru un peu valorisant envers la jeune femme, mais après tout, c'était ce qu'il pensait et puis, même si cela se faisait de plus en plus rare, il lui arrivait tout de même de se montrer sincère lorsque les circonstances l'exigeaient, autrement dit lorsque son orgueil l'autorisait quelquefois à faire preuve de bonne volonté et d'indulgence vis-à-vis des autres. Le jeune homme avait ainsi entamé cette conversation comme par habitude, selon un langage assez cordial et flatteur, un peu distant certes mais manifestant tout de même une certaine fausse admiration envers son interlocutrice. Mais bien qu'un peu ponctuée par une certaine attirance physique, son attitude, toujours aussi hypocrite et joueur, n'avait que pour but de cerner le personnage lui faisant face. De nature assez distante et froide, le professeur de Poudlard n'avait en effet jamais manifesté le moindre engouement pour la fréquentation des grandes foules, ou d'êtres, créatures comme humains, qui n'en valaient pas la peine, tels que les Sang-de-Bourbes, les naïfs, les insouciants ou encore les grands sentimentaux. Ayant toujorus préféré la gente noble et fidèle aux principes serpentardesques, Alexander se représentait donc comme un homme extrêmement méfiant et sélectif dans sa compagnie, son entourage. Mais, en ce casp résent, pour faire figure d'exemple, le jeune homme avait su trouver une semblable en la personne de Mirany et cette raison lui était amplement suffisante afin qu'il puisse se découvrir et se livrer, en tant qu'être souffrant d'un passé douloureux, et d'une certaine asociabilité flagrante - et pourtant volontaire - qui le faisaient faussement passer pour un homme défriché, marginalisé de toute passion, et de toute véhémence sentimentale.

- Personne ne nait parfait. Personne ne le devient. C'est juste une impression que j'ai eu, des hommes à vos genoux oui il doit y en avoir eu, mais à en juger par votre air d'indifférence de tout à l'heure, lorsque vous étiez exposée au regard de tous les goujats dans l'autre salle, je crois bien deviner que quelque part, totue cette mascarade d'hommes qui vous résistent trop peu, a fini par vous lasser. Finalement, mademoiselle, nous avons fini par nous trouver un point en commun.

Un petit sourire se dessina au coin des lèvres du jeune homme lorsqu'il porta à sa bouche la petite chope d'alcool poussiéreuse. Désormais qu'il en avait bu une certaine quantité, il ne savait pas si son sérieux et son esprit de clairvoyance pourraientt etre maintenus jusqu'à la fin de la discssion. Mais ce liquide qui s'imprégnait sur ses lèvres, sur sa langue et dont les effets commenaient à lui monter au cerveau, était tellement délicieux qu'il ne pu s'empêcher d'en reprendre une autre gorgée. De toute façon, au point où il en était, après s'être fait ridiculisé et rabaché par la jeune femme, il ne pouvait presque plus rien risquer, ni perdre. En fin de compte, il était ici pour s'amuser et il n'allait pas se priver de quelques boissons euphorisantes.

- Les comptes de fées? Ne vivons-nous pas déjà dans un monde fait de magie, mademoiselle? Je crois en effet que tout est possible, et que par conséquent, justement parce que vous êtes une femme de caractère que vous aurez d'atant plus de facilité afin de vous reprendre, et continuer selon votre gré, à aller à l'encontre de votre future vie.

Un raisonnement assez banal et terre-à-terre peut-être, mais que ce soit avec lui, ou avec d'autres hommes, Alexander avait l'étrange conviction que les dires et les préjugés de Mirany à propos de son expérience sentimentale se trouveraient assez tôt démentis. Mais, tandis qu'il partait dans ses réflexions, Alexander eut l'étrange sensation que son interlocutrice avait assez vivement réagi face à l'une de ses remarques. Autant amusé que surpris, lejeune homme adopta une figure de bébé pleurnichard, et, le ton assez faussement timide, lui répliqua :

- Vraiment? Pauvre chou, elle déteste qu'on lui dicte ce qu'elle doit faire.

Lui tirant de nouveau la langue en signe de taquinerie, Alexander enchaina aussitot:

- Hmm? La mêm cause? Alors vous aussi vous charmez les femmes mademoiselle? Ooh voilà qu'elle veut me rendre saoul, en m'incitant à finir ma chope d'alcool, cette petite vilaine coquine. [sans sous-entendus heiin >.>] Souhaiterait-elle profiter de moi?

Pourtant, sur un air de défi, et après quelques moments d'une très éphémère réflexion, il prit son verre et le finit d'un coup sec.


Dernière édition par James Clayton le Ven 18 Juil - 23:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mirany Parkerson

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 34
Date d'inscription : 26/06/2008

MessageSujet: Re: C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr   Ven 27 Juin - 15:49

Mrany écouta le jeune homme sérieusement portant son verre à la bouche de temps en temps afin d’en boire un peu. Elle eut un petit sourire à la dernière phrase de son interlocuteur. Elle se redressa légèrement, oui il avait raison, les hommes peu résistant ou ceux qui se jetaient dans ses bras, n’avaient aucune chance avec elle. Mais peu d’homme se souciait de ça.

« Vous avez tout à fait raison, je n’aime aps ce genre d’homme je préfère la difficulté… »

La discussion avait prit une drôle de tournure, Mirany fixait toujours le regard de James, elle ne cillerait en aucun cas. Elle passa une main dans ses cheveux et la reposa sur sa jambe. Son sourire toujours accroché aux lèvres. Ses joues avaient gardé leur couleur rose à présent, rose pale, elle ne boirait pas plus, c’était une personne responsable qui savait quand s’arrêter.

« Peut être..Mais la vie est partout pareille. »

Mirany ne faisait pas de grands discourt, elle se contentait de quelques phrase par ci par la, le jeune homme face à elle paraissait bavard et ça lui plaisait. Puis celui-ci la taquina, Mirany le regarda sérieusement non mais, elle décroisa de nouveau ses jambes afin de les recroiser non mais oh.

« C’est exact cher Monsieur Clemence… »

Mirany but une nouvelle gorgée, quand elle avala de travers. Elle se mit à toussoter, la main devant la bouche, elle essaya de reprendre sa respiration, elle leva les yeux vers le jeune homme. Comment avait-il put dire ça, Mirany aimer les femmes ?Oo. La suite qu’il fit entendre était …enfin bref, elle prit un air sérieux et passa son doigt sur le menton de Alexander.

« Croix tu vraiment que j’aurais besoin de te saouler si j’avais vraiment envie de profiter de vous ? »

Apres avoir finit sa phrase, elle enleva son doigt qui avait frôlé le jeune homme du menton aux lèvres. Il cherchait à la gêner..non ? En tout les cas ça n’allait pas marcher il n’aurait pas le dernier mot. Elle fit un sourire charmeur et but le reste de son verre. Elle le reposa tranquillement sur la table.

« Pour ce qui est des femmes, ils y en a de très belle certes mais je ne suis attirée que par les hommes. Désolé si je casse votre petit rêve… »

Elle eut un petit rire et un regard taquineur envers l’homme. Elle passa sa main sur sa jambe pour défroisser sa robe et se adossa confortablement sur la chaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Clemence

avatar

Masculin
Nombre de messages : 1396
Age : 26
Maison ou métier : Prof de DCFM // Directeur de Serpentard // Ministre de la Coop. Inter. Magique
Mood : Indifférent - Froid
Argent : Parait que j\'ai 510 Gallions
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr   Ven 27 Juin - 15:50

Alexander avait attentivement écouté les réactions de Mirany par rapport à ces questions. Buvant par gorgées tièdes, le reste de son verre, il le fit remplir de nouveau à maintes reprises, à l'aide de la magie, et dut ainsi faire un énorme effort afin de ne pas se dérober sous l'effet euphorisant de l'alcool. Mettant ainsi plusieurs dizaines de secondes afin de se reprendre, il ferma un instant les yeux et répondit enfin, avec un petit rire grave:

- Croyez-vous que je fais partie de ces hommes, Miss Parkerson, qui se jettent sur las filles à la moindre, occasion, lorsqu'ils ont l'impression que celles-ci sont libres?

Le jeune homme avait presque dit cela sur un ton de défi, comme s'il mettait la commerçante à l'épreuve, voir si vraiment au cours de cette discussion, elle en avait appris un minimum sur lui, ou alors, si au contraire, elle était totalement incapable de dévisager et cerner les gens, et de discuter avec eux, juste par simple et basse politesse. Abordant ainsi de nouveau un sourire taquin, il reprit:

- Je dois vous avouer, que je trouve extrêmement dommage, que vous fassiez l'impasse sur d'éventuelles et possibles futures relations amoureuses, simplement parce que certains hommes mal-intentionnés se sont donnés la peine, dans le passé, de vous faire souffrir. Bien sûr, je ne connais pas votre histoire, je ne vous connais pas tout court même. Mais, oui, cela me fait étrange que peut-être, parmi ces prétendants qui se livrent et se désistent à vous d'une manière aisée, oui peut-être en existe-t-il quelques-uns qui soient vraiment sincères dans leurs propos, et que vous ne leur donniez pas la chance de vous connaitre un peu plus. Il y a probablement plus de chance, que vous souffriez par la suite, que vous ne soyiez rendue heureuse, mais après tout, comme dit le proverbe, qui ne tente, rien n'a rien. Sauf votre respect mademoiselle, vous n'arriverez pas à dénicher le bonheur, ou alors de relation stable, si vous n'êtes pas capable d'aller de l'avant, afin de le chercher vous-même. Vous qui dites préférer la difficulté, je crois que vous ne pourrez justement pas trouver meilleure alternative.

Ces mots avaient surement paru froids et durs, mais après tout c'était ce qu'Alexander pensait au fond de lui. Lui-même avait du faire ce type de raisonnement afin de se libérer de sa propre bulle, et s'ouvrir à son entourage, au monde qui l'entourait, à se montrer plus expressif et émotionnel dans ses actes, plus humain en quelque sorte. Désormais, même s'il n'avait pas la prétention de donner des conseils aux autres, il était tout de même de son devoir de se montrer sincère et direct envers les personnes qui, selon sa percepion, en avaient besoin. Puis, alors que le professeur Clemence s'apprêtait de nouveau de lever son verre afin de le porter à sa bouche, il sentit un toucher froid enavhir ses lèvres. Une étrange sensation, bien qu'agréable... Regardant ce qui avait bien pu lui procurer une telle sensation, louchant presque bêtement à la vue du doigt de Mirany, il rit d'un air malicieux et répliqua:

- Voyez? Vous me faites déjà des attouchements, mademoiselle. Et puis, dois-je interpréter votre tutoiement comme une tentative d'approche très trè indiscète, je dois le dire, de votre part?

A ce jeu là, il ne falalit pas s'en méprendre, c'était bel et bien Alexander le plus fort (=P). Ainsi, avant que Mirany ne le retire définitivement, il rattrappa le doigt et y déposa un délicat baiser. Puis, souriant de nouveau, il se prononça de nouveau :

- Mais quelle exquise illusion que de vous voir aimer les femmes, je vous assure...

Adoptant un air faussement rêveur, ouvrant la bouche à demi comme s'il bavait, puis se repenant et lui adressant un tir de la lange assez taquin, mais en même temps naturellement séduisant, Alexander se leva et leva de nouveau son verre en disant haut et fort: "A la notre!" Ingurgitant de nouveau une partie de l'alcool qui se trouvait dans la chope, il commença à tituber.


Dernière édition par James Clayton le Ven 18 Juil - 23:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mirany Parkerson

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 34
Date d'inscription : 26/06/2008

MessageSujet: Re: C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr   Ven 27 Juin - 15:50

[ j'espere que ça te conviens ..Petit jaloux xd^^]

Le jeune homme avait rattrapé le doigt de la demoiselle posant un léger baiser sur celui-ci , la jeune femme avait prit une teinte rose, même si elle ne voulait pas le faire paraitre c’était une personne tres timide. Mirany se leva calmement, celle-ci écoutait Alexander tout en se déplaçant, elle se rendit devant la fenêtre de la pièce. D’une main délicatement elle poussa légèrement le rideau. Il faisait nuit dehors, les lampadaires éclairait la rue, il y avait que très peu de monde, un petit groupe au fond de la rue et deux ou trois personnes qui passaient devant surement pour rentrer chez eux. Elle ne prit même pas le temps de réfléchir avant de répondre à Alexander. La voix de la jeune femme était douce et délicate mais tout aussi sérieuse.

« Ce que je crois… ? Je crois que vous vous joué de moi. Vous essayer de me manipuler afin de savoir comment moi je suis. Une femme facile ? Une femme fragile ? Ou bien une femme habile ?( tu as vu ça rime ^^) »

Un petite rire se fit entendre, c’était Mirany qui avait rit doucement. Ça la faisait rire de voir le Jeune homme ainsi, Mirany était assez intuitive généralement et se trompait que très peu de foi, toute foi l’erreur est humaine. Tout le monde y avait droit, le regard toujours plongé sur la rue, faisant dos à son interlocuteur, elle ne bougeait plus, elle resta la immobile attendant la prochaine réplique de celui-ci , ce qu’il ne tarda pas à faire par la même occasion. Mirany soupira légèrement, il trouvait ça dommage c’était évident pour lui, il ne pouvait pas la comprendre. Du moins c’est ce qu’elle pensait.

« Ce que je fais de ma vie ne regarde personne. Les hommes sont tous égaux non … ? Comment pouvait vous parler aussi aisément de quelque chose que vous ne connaissez pas ? Aller dire à ma fille que son père était un homme malintentionné. Et qu’elle ne verra plus l’homme qui la élevé, allez donc expliquez a ma fille pourquoi sa mère a parut si triste pendant de long mois. Je ne la ferais plus souffrir pour un homme. Mais je ne peux prédire l’avenir, peut être qu’un jour… Je serais assez sereine avec un homme pour pouvoir y croire de nouveau. »

Mirany avait dit tout ça sur un petit ton triste, car à ce moment précis elle l’était. Le jeune homme venait de tout lui faire remonter, les bons souvenirs comme les mauvais, le premier baisé avec le père de Céphora alors que ce n’était encore qu’une adolescente. Son premier bal, la demande en mariage de Sébastian tout ses beaux souvenirs qui la hantaient sans cesse. Une larme roula le long de sa joue, Mirany l’essuya rapidement et discrètement, elle ne tournerait pas son regard vers l’homme de suite. Ses yeux était noyé de brume et de sel. Toutes ces émotions et ces souffrances qui avait fait d’elle se qu’elle était aujourd’hui, une femme a fort caractère certes, mais fragile. Mirany ne s’était même pas aperçut qu’elle avait tutoyé le jeune homme. Laissant quelques secondes de silences avant de répondre, elle se tourna un large sourire aux lèvres, ce n’était pas le genre de personne à montrer ces sentiments.

« Vous ai-je offensé en vous tutoyant… ? Dois je considérer le fait que vous essayé de me faire changer d’avis au sujet des hommes comme une tentative d’approche de votre part ? »

La jeune femme répondait souvent aux questions par des questions, elle aimait bien savoir ce que pensaient les gens avant de parler de ce qu’elle pensait. Elle posa sa main sur la fenêtre, sa respiration contre celle-ci provoquait de la buée. Elle passa le bout de son doigt sur la vitre, comme les gosses quand il s’amuse à dessiner. Mirany se retourna vers le jeune homme qui començait à tituber, elle fit claquer ses talons contre le sol et posa sa main sur la chope, pour que celui-ci ne puisse plus la remplir ni même la boire. La jeune demoiselle resta face à lui sans même bouger, elle attendit quelques secondes avant de lui parler.

« Je penses que vous avez assez bu pour ce soir, vous ne croyez pas. Cet Elixir vous fait même dire des sautise. Je ne suis pas du tout intéressé par les femmes, je préfère les hommes. Les hommes vous ne savez vraiment jamais quand vous arrêtez. »

Mirany attrapa le verre, elle le posa un peu plus loin et fit apparaitre devant Alexander une tasse de café, ça lui conviendrait certainement mieux. Le regard froncé comme quand on gronde un enfant, elle l’observait attendant de voir sa réaction. La main posée légèrement sur la table, elle avança la tasse vers James.

« Buvez ça ça ne vous feras pas de mal … »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Clemence

avatar

Masculin
Nombre de messages : 1396
Age : 26
Maison ou métier : Prof de DCFM // Directeur de Serpentard // Ministre de la Coop. Inter. Magique
Mood : Indifférent - Froid
Argent : Parait que j\'ai 510 Gallions
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr   Ven 27 Juin - 15:51

[Oui ca me convient ^^ =P]

Alors qu'il fut presque sur le point de tomber sur le sol, aussi saoul qu'il était, Alexander reporta son attention vers Mirany. Que faisait-elle donc à se lever aussi brusquement que cela afin de se diriger vers la fenetre du fond, d'où l'on pouvait apercevoir discrètement l'extérieur du bar? L'avait-il blessé dans l'un de ses propos ou de ses gestes, ou au contraire l'avait-il fait réfléchir à propos de sa situation, de son attitude renfermée et emphatique envers les hommes? Portant étrangement un regard intéressé et intrigué vers la jeune femme, le professeur de Poudlard scruta les moindres faits et gestes de sa compagne de la soirée. Avait-il réussi à percer la carapace dure et épaisse de cette femme à dur caractère, l'avait-il cerné au point de toucher en elle un point sensible, auquel elle ne désirait pas être confronté? Ou bien au contraire, l'avait-il encore plus poussé dans ses retranchemnts, et conforté dans son antipathie contre la gente masculine, son misanthropisme? Les réponses et réactions qui s'en étaient ensuivi, si virulentes, mais tant imprégnées de sincérité, d'authenticité, et de coueur dans la voix, lui semblaient encore plus blessantes et marquantes.

[Lool oui j'ai vu que ca rimait ^^]

- Je ne me suis jamais joué de vous, n'ai jamais été hypocrite ni menteur, ni dans mes paroles, ni dans mes actes, Miss Parkerson. J'ai tenté de vous connaitre. Et pour l'instant, à mon humble avis, je suis assez bien parti. Et étrangement au fond de moi, je n'aimerais pas que tout cela cesse, pas après avoir réalisé un si bon chemin.

Un sourire bienveillant éclaira le visage du jeune homme. Etait-ce un mal de se livrer à une personne qu'il jugeait de confiance, et dont il savait que, dans l'autre sens, ce pouvait être aussi valable? Non, sans doute pas. Probablement dans la soirée, était-ce le moment le plus intense qu'ils avaient vécu tous les deux, le moment où chacun d'eux arrivait, où chacun commençait à se libérer d'un poids, d'une histoire voire d'une expérience commune qu'ils auraient vécu. Les petites phrases désinvoltes et dépourvues de tout intérêt - si ce n'était pour établir un stupide jeu de séduction, complètement vide de sens - avaient dès à présent disparu. Même si l'un se révélait totalement bourré et que l'autre était plongé dans des larmes amères, cela n'enlevait en rien la profondeur de l'évènement. Deux grandes figures du monde la sorcellerie qui ne pouvaient se disposer à présenter au grand jour leurs points faibles, leurs sentiments.

- Ow je l'espère que les hommes sont tous égaux. Mais du moins, tous ne choisissent pas la même voie. Certains deviennent des débauchés, d'autres des intellectuels, d'autres encore des aventuriers, les uns ont le gout du pouvoir, et puis les autres, une grande majorité d'entre eux, des insouciants et innocents moutons qui préfèrent suivre le mouvement et exécuter les ordres qu'on leur donne, au lieu d'essayer d'accomplir les rêves et les projets ambitieux qu'ils s'étaient fixés dans leur plus tendre jeunesse. Et j'en passe... Il y a une très grande diversité d'hommes et de femmes sur terre Miss Parkerson. Il est dommage que vous les mettiez tous dans le même lot. Au lieu de vous apitoyer sur votre passé, tentez donc de donner à votre enfant l'image d'une mère comblée par un homme qui sait la chérir et l'apprécier pour ce qu'elle est en son ensemble, et qui a su l'aider à surmonter les épreuves, toutes les épreuves; au lieu d'une mère qui souffre encore parce qu'elle n'a pas su passer à autre chose et qui reste dans une situation précaire au dépend d'elle-même, et de tous ses proches.

Le regard grave et dur, Alexander fixait à présent la nuque de Mirany comme s'il voulait la transpercer afin de savoir ce qui se passait réellement en cet esprit troublé, et aigri par des évènements et une expérience décevante. Sévère, oui Alex l'était en cet instant là, mais il prenait bien conscience que seul un important déclic, une forte impulsion extérieure, serait capable de faire réfléchir Mirany, et de la sortir de cet enfer qui la torturait depuis un temps bien trop long déjà. Un long silence fit suite à ce débat mouvementé. Le malaise qui s'était installé entre les deux individus ne faisait que s'accroître, mais pourtant, il était bien agréable pour Alexander de tenir compagnie à une demoiselle telle que Mirany en ces moments-là. Non pas qu'il se délectait âprement de la souffrance dégagée, et des confidences qu'elle lui faisait, mais il était tout simplement fascinant qu'un pessimiste aussi convaincu que lui-même, puisse tenir de telles paroles d'assurance et de réconfort envers la commerçante. Mirany se retourna enfin et il vit dans ses yeux une petite lueur briller. Avait-elle donc pleuré, malgré le sourire émail diamant qu'elle lui adressait en ce moment? Il était bien difficile de le deviner. Après tout, ce n'était pas son affaire d'aller à l'encontre de tout ce qui se passait au sein de l'esprit d'un autre, c'aurait été violé son intimté, et forcer le passage à des ressentiments que peut-être elle n'avait pas voulu et ne voudrait pas partager, du moins pas pour l'instant. Baissant ainsi les yeux un instant, par respect pour la demoiselle, il attendit que le silence se rompt avant de réagir lui-même.

- Je...

A vrai dire, il n'avait rien à répondre à sa réplique. Oui, il avait depuis le début tenté une approche avec elle, oui il avat essayé de se faire remarqué et valoir par tous les moyens, afin de gagner son estime, voire son coeur. Il avait tant fait d'ailleurs qu'il ne lui servait plus à rien de le signaler ou, dans une autre mesure, de le nier. Ce même sourire bienveillant au visage, un léger regard affectueux dirigé vers elle, Alexander se leva de sa chaise et, tant bien que mal, s'approcha de la fenêtre d'où les petits doigts frêles et blêmes de Mirany avaient tracé quelques petits signes. La petite surface verglacée s'était dès à présent refroidi et les petits dessins tracés auparavant commençaient progressivement à disparaître. Plissant les yeux, et tentant de son mieux de distinguer ce que la jeune femme avait représenté - ce qui n'était pas forcément facile sous l'effet de l'alcool - Alexander émit:

- Qu'as-tu donc esquissé sur cette vitre tout à l'heure, Mirany?

Oui, il l'avait tutoyé et il n'avait ni honte, ni fierté à le faire. Tout juste estimait-il qu'il était temps désormais qu'ils s'adressent mutuellement comme deux adultes, devenus presques intimes, capables de livrer la vraie nature de leur passé et de leur comportement. Mais, tandis qu'il s'apprêtait à prendre en main la chope d'alcool qu'il avait laissé sur la table, Alexander se vit réprimander par Mirany, qui adopta une figure, il fallait l'avouer, assez mignonne et en même temps si tendre et affectueuse, et qui lui proposa à la place, d'une manière assez péremptoire, une tasse de café.

- Je crois qu'il serait mieux que tu le boives toi-même. De nous deux, c'est toi qui en as le plus besoin.

Sans attendre aucune réponse, il prit la socuoupe sur laquelle reposait la tasse et la repoussa vers la Mirany. La regardant avec un regard bienveilliant, sourire aimable aux lèvres, il hocha la tête en signe d'encouragement.


Dernière édition par James Clayton le Ven 18 Juil - 23:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mirany Parkerson

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 34
Date d'inscription : 26/06/2008

MessageSujet: Re: C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr   Ven 27 Juin - 15:51

Mirany écoutait calmement Alexander. Mais elle ne répondit rien à ses paroles et pourtant elle les avait entendus. Elle avait entendu le jeune homme se lever, et venir près d’elle. La jeune femme retourna son visage vers lui, le regardant dans les yeux. Celui-ci lui posa une question, la jeune femme passa ses doigt frêle pour effacer son dessin, ça n’avait pas une signification, c’était juste comme ça.

« Deux cercles… »

Puis le jeune homme paru étonné de voir la tasse de café, celui-ci lui raconta qu’elle en avait plus besoin que lui. Et ben c’était culotté, ce n’était pas elle qui avait du mal à marcher. Elle le regarda un petit air sévère dans le regard. Et poussa de nouveau la tasse vers le jeune homme. Elle laissa un petit moment de silence avant de prendre de nouveau la parole.

« Je n’aime pas le café, et je suis capable de marcher encore convenablement tandis que toi …ce n’est pas vraiment ton cas si je peux me permettre. »

Un léger sourire aux lèvres, elle le fixa longuement avant de repartir vers la fenêtre. C’était une jeune femme qui était curieuse de tout et qui aimait observer le monde et donc la fenêtre était un endroit très approprié pour cela. La demoiselle pensait encore à ce que le jeune homme lui avait dit quelques instants plus tôt.

« Quel homme aurait assez de cran pour me faire face ? Ils ont tous fuit, je leur ai surement fait peur … Oui ça doit être ça ..et que sait tu de ma situation ? Je travail dur pour donner à ma fille tous ce dont elle à besoin et je pense qu’elle n’est pas malheureuse son sourire en dit long. La seule chose que j’ai du mal faire, c’est le fait qu’elle ne fasse pas confiance aux hommes. »

Elle avait toujours une main sur la vitre, celle-ci tenait en même temps le rideau. Elle tourna légèrement sa tête vers Alexander attendant des réponses quelconques. Ou un signe. La nuit était tombé très vite ce soir la, Mirany n’avait pas vu la journée passé, avec tout le travail qu’elle avait fournit, mais elle aimait ça travailler, ça lui permettait d’oublier en quelque sorte. Elle eut un petit soupir et tourna de nouveau son visage vers la rue déserte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Clemence

avatar

Masculin
Nombre de messages : 1396
Age : 26
Maison ou métier : Prof de DCFM // Directeur de Serpentard // Ministre de la Coop. Inter. Magique
Mood : Indifférent - Froid
Argent : Parait que j\'ai 510 Gallions
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr   Ven 27 Juin - 15:51

Les deux individus se tenaient désormais à une distance assez proche: séparés de seulement de quelques pas, les regards fuyant vers des directions opposées, et les voix qui s'élevaient ne résonnant plus que dans leurs têtes, Mirany et Alexander semblaient s'être dispachés de ce jeu de séduction qui s'était initialement installé. Chacun d'eux avait maintenant pour but intime et réciproque, soit de chacher des secrets enfouis, des sentiments et des émotions qui leur faisaient peut-être honte, et qu'ils ragoutaient à extérioriser en public, ne serait-ce qu'à une seule peronne; soit de chercher, creuser profondément dans le passé de l'autre, afin d'y découvrir ce qui le maintenait dans le mutisme, dans une gêne qu'ils n'auraient aimé ne pas percevoir. Pourtant, l'attirance ne constituait pas ce qui semblait faire défaut entre ces deux-là. Non inévitablement, du moins pour Alexander, chacun d'eux éprouvait, l'un envers l'autre, une très grande familiarité, une affinité même, non dissimulée; il se plaisaient, du moins elle lui plaisait à lui; et il ne s'était pas retenu afin de le lui faire savoir, ni même de lui tendre une perche, de lui soumettre une proposition, audacieuse certes, mais sincère, pour qu'il puisse l'aider, l'accompagner d'une certaine manière, dans cette difficile épreuve, ses doutes. Jusqu'ici pourtant, et même si la situation avait désormais progressé, les deux ayant cédé au tutoiement, des gestes et des mouvement d'attention ayant été portés l'un à l'égard de l'autre, Alexander sentait toujours cette distance, omniprésente, cette façade dure, presque infranchissable, qu'il aurait voulu briser, passer outre, afin de prouver à cette jeune femme, cette Mirany au coeur meurtri et à la démarche méfiante, la conviction de sa volonté à aller vers elle, de ses ressentiments même peut-être, bien qu'il n'en eût pas encore conscience.

- Deux cercles? Comme Deux alliances jointes, et formant le caractère de l'infini; de l'éternité, et de la solidité d'un couple. Quel plus merveilleux emblême peut-on employer afin de symboliser ainsi l'amour?

D'où est-ce qu'Alexander avait déniché une telle phrase, une telle interprétation complètement débile et probablement faussée de ce que ce dessin signifait pour Mirany... il n'en savait rien lui-même. Sans doute était-ce là, une poussée de romantisme dont voulait faire démontrer le jeune homme. Ce n'était certes pas de cette manière qu'il parviendrait à gagner des points, à monter dans l'estime de la jeune femme. Pas en tout cas par des essais aussi vains et ridicules que ceux dont il venait de faire preuve. Toutefois, il existait au fond de lui, cette confusion qui l'imprégnait de plus en plus fortement, lorsqu'il regardait ainsi son interlocutrice, perdue dans les vagues amères et mélancoliques, de pensées qui ne devaient pas lieu d'être; et lorsqu'il pensait, ressentait plutôt, qu'à l'instant précis où il l'observait, de ses yeux gris et pénétrants, qu'il ne pouvait rien faire, et qu'il se montrait bien incapable, de faire la moindre chose afin de la conforter, du moins qui l'en retenait. Dire des conneries et les répéter à longueur de journée représentait une activité pratiquement quotidienne, banale, normale même, pour le professeur de Poudlard, et cela ne le gênait outre mesure de ce que les gens pensaient de lui. Mais dans cette situation là, dans l'embarras au sein duquel il se trouvait, c'était presque devenu un moyen de masquer un certaint trouble, grandissant en lui, et qui prenait désormais de l'ampleur. Il aurait voulu pouvoir esquisser un sourire, venir auprès d'elle, à une distane encore plsu proche, caresser sa joue douce et rosée, lui déposer encore une fois un baiser, comme il l'avait fait sur son doigt quelques minutes plus tôt, ou encore simplement la prendre des mains, et les serrer, lui montrer avec quelle chaleur et passion, il se tenait se tenait prêt à ses côtés afin de la soutenir. Mais, comme si toutes ces pensées avaient fini par le paralyser, par un élan de pudeur et de crainte qu'il n'avait jamais ressenti jusqu'alors, il n'en fit rien, se contentant encore et toujours d'afficher une mine sombre, effacée.

- Je ne parle pas de ta capacité à marcher correctement, mais de ton état d'esprit. L'alcool et ses effets sont provisoires, et durent, eux, très peu dans le temps. Et puis de toute façon, le café j'en bois déjà à chaque début de cours, afin de tenir face à l'ignorance de mes apprentis. Par contre, si tu ragoutes du café; prends au moins un thé, chaud ou glacé, ca m'est égal, mais prends en un, ca te fera du bien.

Mirany était de nouveau repartie vers la fenêtre, se plonger dans l'admiration du paysage extérieur. Voulait-elle donc fuir cete conversation, qui peut-être la dérangeait au fon d'elle? Pourquoi donc ainsi rejeter ses tentatives d'approche et y opposer constamment des arguments répétitifs mais que, en même temps, Alexander n'arrivait pas à concevoir? Car depuis le début, il s'était entêté à lui prouver, à cette femme têtue (^^), que les valeurs et caractères dévalorisantes qu'elle prônait, et qu'elle collait au visage de certains hommes, n'étaient pas universels. Et en particulier pas lui... du moins il s'efforçait de s'en convaincre lui-même. Non forcément que non; de toute façon, il n'avait pas connu assez de relations stables, pour ne pasdire presque pas du tout, afin de pouvoir être classé dans cette catégories là. Oui, il avoue être passé de conquête en conquête ces dernières nnées, oui il avouait avoir eu des vues sur certaines des créatures féminines qui peuplaient ce petit coin de monde. Et pourtant...

- Oui, c'est vrai que tu fais peur. C'est pour ça qu'en te voyant, j'ai couru, portant mes jambes à mon cou, et criant comme un fol dingue, en ayant cru avoir rencontré un monstre horrifiant, effroyable.

Hochant la tête de droite à gauche en abordant un sourire taquin, mais en même temps aimable sur son visage, il reprit:

- Hé bien non, je ne te connais pas. Mais et c'est justement pour cette raison, que je tente encore et toujours ma chance. Je suis ici pour apprendre à te connaître, et même si je n'ignore pas, loin de là, que tu as de terribles défauts, je pressens quand même, que ce qui se révèlera à moi, sera bien plaisant, agréable même.

L'aisance et la décontraction qui reprenaient vie dans l'esprit d'Alexander l'encouragea à pousser enfin un peu plus loin son audace. Bien qu'un peu tremblant, et docile face à ce que lui indiquait sa conscience; sa raison, et sa peur du risque ayant été préalablement mis de côté, Edward posa ses propres mains sur celle de Mirany, posée sur la vitre, et la ramena entre eux deux, la jeune femme, ainsi contrainte à lui faire face. Pour la premièe fois, il la regarda dans les yeux. Ce regard de femme, devenu terne et effacé, qui ne lui faisait pas pitié, mais qui le prenait en tendresse; il n'avait pas pu là, encore une fois, résister à afficher un autre sourire, sur son visage devenu soudain beaucoup moins blême, et dont les trais étaient devenus étrangement détendus, presque apaisés.

- Hé bien faisons en sorte qu'elle, ta fille, ait de plus en plus confiance en les hommes, du moins pour ceux qui le méritent. Et dans le même temps, je m'empresserai, moi aussi de mon côté, à faire le même travail sur toi. Du moins si jamais tu m'en laisses la chance.

Une affirmation qui prenait la valeur d'une interrogation. Alexander ignorait si ce qu'il venait de faire, représentait une erreur; si la proposition qu'il venait de lui soumettre, était décente et éligible. S'il avait lui-même le droit de la lui faire. Mais après l'effort qu'il venait de réaliser, à expliciter ainsi sa demande, comme jamais il ne l'avait fait dans la soirée, il n'avait pas à être déçu de lui-même.


Dernière édition par James Clayton le Ven 18 Juil - 23:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mirany Parkerson

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 34
Date d'inscription : 26/06/2008

MessageSujet: Re: C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr   Ven 27 Juin - 15:53

Mirany se tenait toujours au même endroit, quand elle entendit de nouveau la voix de l’homme, elle lui porta un regard discret. Le charisme de celui-ci lui plaisait beaucoup, elle ne pouvait pas se cacher, que quelque part dans son corps, une attirance envers lui était présente. L’homme était plutôt bon parleur, Ses mots son vocabulaire, plaisait également à la jeune femme, mais pourtant elle s’obstinait à ne pas se laisser aller. Cette petite gène au creux de l’estomac, lui dictait sa conduite inlassablement. C’est vrai que les deux cercles, pouvait signifier une alliance, une alliance de deux êtres. Elle n’y avait pas vraiment pensé sur le coup. Peut-être que son elle intérieur cherchait tout simplement une vie à trois, dans la plus grande simplicité et surtout de la stabilité. La demoiselle recherchait juste une personne fiable, avec laquelle elle n’aurait aucun doute, aucune peur, peut-être que cette personne se trouvait ici même, dans cette pièce sombre. Une atmosphère étrange planait autour des deux jeunes gens, à la foie un brun romantique et mystérieuse. La demoiselle passa de nouveau sa main sur le symbole pour l’effacer, mais celui-ci réapparaissait comme les dessins d’enfant sur les vitres. Elle laissa un long silence avant de reprendre la parole d’une voix douce et mélodieuse.

« Je n’avais pas vu ce dessin sous cette angle, mais tu as surement raison, c’est un beau symbole en tous cas. »

Le silence fut rompu cette foie ci par Alexander. L’homme tenait à ce que la demoiselle prenne quelque chose. Elle le regarda un délicieux sourire accroché sur les lèvres. Ça faisait longtemps qu’on avait aps eut se genre d’intention envers elle. Bien que se n’était aps grand-chose, c’était déjà ça , le fait qu’on prenne soin d’elle en quelques sortes. Elle sortit sa baguette et fit apparaitre deux verres sur la table. Les verres étaient remplis d’un liquide orangeâtes, c’était du jus de pêche, la boisson que Mirany préférait. La demoiselle tenant à sa fierté avait prit l’initiative d’en mettre un pour Alexander. Elle ne le prit pas de suite.

« Je le consommerais si tu le consomme également. Je ne suis pas la seule à en avoir besoin, je pense que nous sommes dans le même cas. Mon cher Alexander. »

Mirany avait bien appuyé sur le mot cher, elle ne savait pas pourquoi elle réagissait de la sorte, bien qu’ils se connaissaient peu, elle se sentait bien avec lui, elle se sentait confiante, revivre, comme ci il lui apportait un nouveau souffle. A la phrase suivante de l’homme, la jeune femme lui lança un petit regard en coin suivit d’un petit rire, comment osait-il lui dire ça, elle un monstre. Mais elle savait que c’était sur le ton de l’ironie, sinon il ne serait pas resté en sa présence. Il ne payait rien pour attendre pour autant. Elle aussi aimait bien taquiner les gens, c’était dans sa nature. Celui-ci continua de parler, en affirmant qu’il savait que Mirany avait également des défauts tout comme chaque être peuplant cette terre, la demoiselle ne rajouta rien car il avait raison. La main posait sur la fenêtre froide elle avait toujours le regard sur la rue, quand elle sentit la main chaude de l’homme sur la sienne, elle fut parcourut de frissons. Mirany n’eut pas le temps de s’en rendre compte qu’elle se trouvait face à Alexander, elle eut un petit geste de recul, mais elle ne s’échappa pas bien loin, elle se retrouva contre la fenêtre, la main toujours dans celle de l’homme. Ses pommettes avaient prisent cette couleurs rosâtre qu’on ne voyait peut de foie. Sous cette apparence de femme à fort caractère, se trouvait tout simplement une femme timide. Elle l’écouta avec attention, les yeux de la femme plongé dans le regard de l’homme, elle était comme figer devant ce qu’il venait de dire. Mirany se sentit désemparé elle ne savait pas quoi lui répondre. Avait-elle bien comprit ce que celui-ci venait de lui dire ? Edward lui faisait-il des avances ? L’avait –elle bien comprit ? D’une voix fluette elle parla de nouveau comme dans un tendre murmure.

« Je vais devoir te présenter ma fille alors. Elle à déjà beaucoup de caractère. »

Mirany n’avait rien dit d’autre, elle ne savait pas comment procéder, ni quoi dire. Dans un élan de tendresse, elle se rapprocha d’un geste vif vers le visage de l’homme lui déposant un tendre baiser sucré sur entre la joue de celui-ci et le coin des lèvres. Pour quelle raison elle avait fait ça, elle n’en savait rien, mais sur le coup elle avait eut envie de le faire, elle avait eut envie d’être dans les bras de l’homme, mais cette gène l’empêchait toujours de voguer a son gré. La jeune brune avait fait tout ça dans un geste très rapide, elle s’était reculé vivement et se trouvait toujours face à Alexander, une main dans le sienne, d’ailleurs la main de la jeune femme tremblotait légèrement surement l’émotion qui enivrait son corps à ce moment la. Elle avala difficilement sa salive et ne cilla pas le regard de l’homme, comment avait-il prit sa pour un oui pour un non ? Ça ne pouvait tout de même pas lui paraitre comme une réponse négative. Elle sentait son souffle cours, son visage avait prit un petit air de timidité et de géne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Clemence

avatar

Masculin
Nombre de messages : 1396
Age : 26
Maison ou métier : Prof de DCFM // Directeur de Serpentard // Ministre de la Coop. Inter. Magique
Mood : Indifférent - Froid
Argent : Parait que j\'ai 510 Gallions
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr   Ven 27 Juin - 23:17

Il l'avait fait. Même s'il ne l'avait pas explicité totalement dans sa demande, il était clair qu'Alexander s'était déclaré à Mirany - enfin - et qu'il n'avait plus retenu dans le secret, ce qu'il ressentait envers elle. La sueur commençant à perler de son front, son coeur battant à tout rompre, le regard ne cillant pas, ses yeux fixés avec conviction sur ceux de la jeune femme, afin de ne pas faiblir et les détourner au dernier moment, le professeur de Poudlard attendit la réaction de son interlocutrice. Quelle attente effroyable que celle qu'il subissait en ce moment-là... Quelle torture que de devoir patienter, avant de recevoir, enfin, la réponse finale, fatidique... Les secondes défilèrent mais parurent comme des heures; tout, autour des deux individus, semblait s'être immobilisé, concentré sur ces deux êtres, dont le destin allait, dans une certaine éventualité, être liés. Pourtant, c'est à peine si Alexander s'était rendu compte de ce qui s'était passé. Malgré toute cette intensité, cette atmosphère troublante, dans laquelle il était plongé, il se demandait si vraiment il était conscient de l'élan de tendresse que Mirany avait su lui manifester. Cette douceur qui l'avait soudain empli, au plus profond de ses entrailles, cette allégresse grandissante, à la voir ainsi se rapprocher de lui, ce parfum ennivrant qui s'infiltrait dans son esprit et le portait un univers paradisiaque, cette chaleur glacée, qu'il eut vite ressenti lorsque les lèvres de la jeune femme entrèrent en contact avec sa joue... quel bonheur. Le regard béat, un demi-sourire accroché au coin des lèvres, ses paupilles se dilatant dans une expression mêlant extase à une franche surprise, Alexander ne savait comment réagir à telle situation. Il fallait avouer que dans le passé, jamais personne ne s'était livrée à lui, avec une telle liberté, n'avait consenti à lui manifester le moindre acte de gentillesse ou d'affection. Désormais qu'il était donc confronté, pour la première fois, à ce genre de choses, ignorant en la matière, incrédule, ridicule même, avec son teint de moins en moins blême - pour ne pas dire de plus en plus rougissant - il ne put que laisser échapper:

- Tu... je... enfin... oui, très heureux d'apprendre que tu acceptes...

Ramenant ses cheveux blonds en arrière d'un geste de la main, comme si par ce moyen, il arriverait à reprendre ses esprits, toujours ce sourire candide et hagard accroché à son visage, il leva de nouveau les yeux vers Mirany et déclara:

- Excuse-moi, je dois te paraître bête... mais enfin...

A peine avait-il achevé ces bribes de mots, qu'il ne put s'empêcher de s'élancer vers Mirany afin de la prendre dans ses bras, lui déposant impulsivement un baiser doux, et délicat sur ses lèvres. Ce moment langoureux ne dura toutefois pas longtemps, à peine quelques secondes, tout juste suffisantes, afin de lui manifester la réciprocité de ses sentiments. Retirant ainsi ses lèvres, mais ne se détachant pas totalement de Mirany, juste ce qu'il fallait afin de tenir leurs deux visages à une poignée de centimètres, son regard brillant se reflétant dans les yeux de la jeune femme, Alexander ignorait encore ce qui l'avait poussé à faire preuve d'une audace encore plus grande, à manifester ainsi, physiquement, la force de ses ressentiments. Peut-être l'explication était-elle toute simple: qu'il se sentait bien après d'elle, qu'il arriverait, comme à un aucun autre moment de sa vie, à faire fi de sa méfiance et de sa fermeture d'esprit, afin de se lier, à s'abandonner définitivement, dans les bras et le cœur d'un autre, en particulier, d'une femme, de cette femme, de Mirany. Et puis, après tout qu'en avait-il à faire de tout cela, il était heureux et apparemment Mirany aussi, du moins il l'espérait, et cela lui suffisait.

- Les symboles sont bien beaux, mais pouvoir les appliquer nous-mêmes sur des actes est bien meilleur, tu ne penses pas?

Se mordant la lèvre inférieure, dans une expression radieuse qui rappelait celle d'un petit garçon joyeux de découvrir le cadeau qu'on lui a offert, Alexander ne put s'empêcher une fois de plus d'admirer la mignonne petite bouille rougissante de Mirany. Ba quoi? Pour une fois qu'il lui était donné l'occasion, qu'il avait la chance d'admirer de si près une femme aussi jolie qu'elle, il n'allait pas s'en priver. Et puis ce moment, tellement magique, tellement incroyable, au vu de son expérience passée, d'homme renfermé sur lui-même, hostile à tout sentiment humain... Non, il ne voulait absolument pas laisser échapper un tel moment sans avoir inscrit au plus profond de sa mémoire, la splendeur qu'il aurait su en puiser. Se délecter de chaque instant qu'il passerait avec ELLE. Tel était l'objectif qu'il s'était fixé. Reculant néanmoins d'un pas, prenant les deux verres posés sur la table, et tendant l'un, d'une manière qu'il voulait gentlemanesque, à Mirany, il déclara :

- S'il faut cela pour que tu te sentes mieux, ma chère Mirany - il lui tira furtivement la langue d'un air taquin - je le consommerai, moi, ton jus de pomme.

Vidant d'un trait le liquide contenu dans son verre, il fit claquer doucement sa langue d'un air appréciateur, et déclara sur un ton faussement sérieux et hautain, tout jetant un œil sur sa compagne:

- Mais je préfère quand même le cidre.

Reprenant bien vite son sérieux toutefois, à la pensée de devoir rencontrer la fille de Mirany, Alexander sentit de nouveau son estomac se nouer, et une certaine angoisse lui monter à la tête. Serait-il capable, d'assumer ce rôle de père, qui tout d'un coup, s'imposait à lui, et auquel il devait s'adapter, au risque de perdre rapidement, trop vite, la femme qu’il aimait ? Depuis toujours, l'on connaissait la tendance de James à detester l'ignorance et l'immaturité; l'insouciance ainsi que la candeur des plus petits. Etant jeune, et réfugié à l'orphelinat, il s'était toujorus montré marginal, et à l'écart des gens de son âge, de ces petits imbéciles qui paraissaient se réjouir de leur vie minable et sans intérêt. Devenu professeur à l'âge adulte, on le remarquera assez facilement, il se montrait impitoyable envers ses élèves; impatient et facilement irritable. Comment donc pouvait-il gérer cette pression qui si'nstallait peu à peu entre lui et cette jeune fille, qu'il ne connaissait point, mais qui risquait, dans une certaine mesure, de faire basculer, gâcher même, le couple qu'il formait désormais avec Mirany. Toutefois, c'était comme une sorte de défi qu'on lui lançait, une épreuve, une expérience qu'il aurait à surmonter, un nouvel objectif dans sa vie, qui quelque part dans sa petite tete tordue, le motivait et le poussait à aller plsu loin pour conserver son tout récent couple, intact, et ce, le plus longtemps possible. Contournant ainsi la jeune femme et la prenant dans ses bras, par le dos, il approcha sa bouche près de l'oreille de Mirany et lui murmura:

- Oh tu sais, si elle ressemble à sa mère, je crois n'avoir aucun souci à me faire, bien au contraire...

Ne pouvant s'empêcher, une nouvelle fois, de lui déposer un petit baiser sur la joue, il la retourna, de telle manière qu'elle lui fît face, et lui adressa l'un de ses sourires les mieux réussis: radieux, sincère et charmeur...


Dernière édition par James Clayton le Ven 18 Juil - 23:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mirany Parkerson

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 34
Date d'inscription : 26/06/2008

MessageSujet: Re: C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr   Mar 1 Juil - 23:16

Mirany était un peu intimidé par ce qu’elle venait de faire, ce n’était pas dans son habitude bien au contraire, elle avait mit les hommes de cotés pendant des années. Se demandant comment Alexander allait réagir, elle fuyait son regard, les pommettes un peu rose, elle ne savait plus vraiment où se mettre. La voix de l’homme se fit entendre, celui-ci balbutia un peu. Mirany releva les yeux pour le regarder. A ça deuxième phrase, elle ne put faire qu’un signe de la tête. Le mal hêtre de la jeune femme se faisait à présent sentir, elle se demandait s’il fallait qu’elle reste là ou qu’elle fuit comme elle en avait l’habitude. La jeune demoiselle allait partir quand elle sentit les bras de l’homme l’enlacer et vit celui-ci se rapprocher d’elle. En quelques secondes, la demoiselle sentit un doux baiser sur ses lèvres, le cœur battant à tout rompre, ses mains tremblotaient. On aurait pu trouver ça étrange en d’autre circonstance, mais avec ce que la jeune femme avait vécu, elle avait encore du mal à faire confiance à un homme.

L’homme détacha ses lèvres, il avait été tres rapide, mais ça avait eu le don de rassurer Mirany. Leurs visages étaient encore tout prés l’un de l’autre, la jeune femme pouvait sentir le souffle de l’homme sur ses lèvres, une sensation qu’elle n’avait pas sentit depuis longtemps. Tout allait tres vite, et elle avait encore du mal à réaliser ce qui se passait entre eux. La jeune femme ne su pas comment prendre la phrase suivante d'Alexander, celui-ci faisait déjà des projets ? Voulait-il faire fuir Mirany, non elle ne pensait pas que c’était son attention. Le regard un peu confus, elle ne su pas quoi lui répondre sur le coup, elle laissa la question sans réponse d’ailleurs, fallait comprendre que ce n’était pas évident pour elle qui avait déjà faillit se marier une fois. Mais tout avait été stoppé à la dernière minute, ça lui faisait peur.

Mirany tenta tout de même une approche de son coté, elle se contenta de poser sa main droite délicatement sur le torse de l’homme. Elle ne pouvait faire plus pour le moment. Alexander comprendrait surement qu’il lui fallait un peu de temps, afin d’apprendre à le connaitre et que celui-ci apprenne à connaitre sa fille. Alexander prit les deux verres sur la table et en tendit un à Mirany en déclarant qui boirait le jus de pomme…


« C’est du jus de pêche ! »

Elle n’avait rien trouvé d’autre à dire, c’est du jus de pêche, elle porta le verre à sa bouche avant de se sentit un peu plus mal. Elle en but quelques gorgée et le reposa sur la table, était ce l’alcool qui avait fait Alexander agir de la sorte ? Peut être que demain il ne s’en rappellerait plus. Beaucoup de questions trottaient dans la tête de la jeune femme. Elle était heureuse, mais apeuré, sans pour autant le montrer. Edward bougea, Mirany essaya de le suivre du regard, quand elle sentit les bras de l’homme de nouveau sur elle, elle s’y réfugia sans même attendre une seconde posa ses main fine et froide sur les avant bras de celui-ci. L’homme lui murmura quelques mots qui lui retirèrent un petit rire.

« Bon courage.. »

Elle savait comment était sa fille, et certes elle avait vraiment beaucoup de caractère, elle aimait faire tourner son petit monde en bourrique et s’amusait à se jouer des autres. Rien à dire, plus tard, elle finirait surement à Serpentard tout comme ça mère et sa tante l’avaient été. Elle sentit de nouveau les lèvres d'Alexander mais cette fois sur sa joue, celui-ci se retourna et fit de nouveau face à la femme, qui n’attendit pas pour aller dans ses bras.

« Demain aura tu oublié ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Clemence

avatar

Masculin
Nombre de messages : 1396
Age : 26
Maison ou métier : Prof de DCFM // Directeur de Serpentard // Ministre de la Coop. Inter. Magique
Mood : Indifférent - Froid
Argent : Parait que j\'ai 510 Gallions
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr   Jeu 3 Juil - 16:01

Alexander ignorait si l'acte qu'iil venait de faire était décent, et pas déplacé en la circonstance. Depuis le début, il pressentait que Mirany était une femme assez introvertie, ne parvenant plus à faire confiance à des êtres tels que lui, des hommes à proprement parler. Venir se jeter dans ses bras d'une telle sorte, et lui voler un baiser langoureux, sur les lèvres, ne pouvait-il pas ête interprété comme une violation de son intimité et de sa pudeur? Alexander doutait portant que ce fut le cas car, outre musure, il se serait senti mal à l'aise, la jeune femme avec. Peut-être même aurait-il fui, ou se serait retiré discrètement, afi nde ne pas déranger, pas plsu du moins, la jeune femme qu'il aurait su prendre dans ses bras. Mais en ctet circonstance, malgré une certaine hésitation, sans doute dûe à "la première fois", le professeur de Poudlard, n'avait pu s'empêcher d'aller plus loin que ce que la raison ou sa conscience lui conseillaient de faire. Après tout, quel mal y avait-il à cela? Prolonger ces moments d'intense bonheur, et de plénitude, auprès de la femme aimée, représentait donc un délit? Du moment qu'il respctait la dignité de celle qui lui faisait face, qu'il ne lui manquait, en aucun cas, de respect, ou qu'il ne la forçait pas à agir contre sa volonté, le jeune homme se trouvait dans la légitimité. A observer cette scène pourtant, on aurait dit que le professeur Clemence n'était plus le même homme, ce gars renfermé sur lui-même, premier volontaire afin de se proclamer contre les "faibles êtres à sentiments"... Mais bref, tous ces traits de caractère passés n'avaient plus d'importance désormais: qu'il soit froid ou distant; ambitieux ou un peu sadique sur les bords; apparemment, cela ne gênait point Mirany. Oh, bien sûr, Alexander n'avait pas la naïveté de croire que la jeune femme connaissait tout de lui, rien qu'à partir de cette rencontre: non, sans doute, allaient-ils prendre le temps de se découvrir au fil des jours, de leur relation. Mais toujorus est-il qu'elle l'avait accepté, qu'elle avait consenti à s'abandonner dans ses bras (et lui aussi d'ialleurs réciproquement) durant cette étrange soirée; et cela lui suffisait amplement. Pour prendre confiance, face à cette situation, mais aussi pour passer outre les défis qui s'imposeraient à lui, comme la rencontre avec sa fille, par exemple. A peine fut-il tiré par lui-même, de ses pensées qu'il sentit la main de la jeune femme sur sa poitrine. Levant ses yeux vers le visage de sa compagne, il décela une certaine sollennité, une expression triste, proche de la mélancolie, mais qui, en même temps, dégageait une certaine joie, retenueet volontairement dissimulée. Se méfiait-elle encore de lui, craignait-elle qu'il était homme à abandonner sa compagne au terme d'une soirée, ou de promesses qu'il ne saurait tenir? Même si la réposne à ces questions s'imposait par évidence à son esprit, et que quelque part, cela le blessait, Edward fit l'effort, dans une grimace crispée, qu'il aurait voulu faire paraitre initialement, comme un sourire, de ne pas montrer ses ressentiments. De toute manière il comprenait l'état dubitatif dans lequel la jeune femme se trouvait plongée, et sans doute lui faudrait-il du temps afin qu'elle lui accorde totalement et définitivement sa personne, sa confiance, voire même, son amour.

- Bois, au lieu de vouloir tout le temps me contredire ainsi, c'est pas possible ça...

Affichant un visage faussement réprobateur, mettant les poings sur ses hanches afin de signifier, théâtralement, un faux énervement, mais ne résistant pas, au final, à afficher sur son visage terne et rougeâtre, un sourire pour le moins taquin, Alexander entendit de par le dos de la jeune femme un petit rire aigu, mais tellemnt charmant, ponctuer une phrase ironique. Ne pouvant s'empêcher encore une fois de joeur son ridicule comique, le professeur s'échappa des bras de sa compagne et, d'un air faussement outré, la main droite déposée sur sa propre poitrine, il déclara, après avoir laissé échapper un soupir hautain:

- "Bon courage"? Je n'ai pas peur, moi, mademoiselle. ce n'est pas une fille telle que la vôtre, aussi coriace soit-elle, qui parviendra à déstabiliser le très renommé Clemence...

Rejetant d'un coup de tête (comme le prince charmant dans Shrek) ses cheveux blonds en arrière, il s'approcha subitement de sa compagne, de telle sorte qu'il sentît le souffle de Mirany sur son visage et conclut d'une voix grave:

- Comme je viens de vous le dire, Lady - il insista sur ce mot en émettant un léger "huhu" - j'aurai d'autant moins de mal si elle ressemble à sa mère.

Puis, se rapprochant encore afin de lui déposer subrepticement un baiser langoureux, il se retira ensuite à quelques centimètres, juste suffisants afin qu'elle puisse percevoir, le sourire émail diamant, et le clin d'oeil appuyé qu'il lui lançait. Sentant enfin le corps de la jeune femme se réfugier dans ses bras, et perturbé par la dernière phrase qu'elle venait de prononcer, il fit silence un moment, les yeux fermés, ne sachant que répondre. Enfin, lorsqu'il estima le moment venu, prêt, et déterminé, l'air sollennel, extrêmement sérieux - et tellement en décalage avec l'attitude frivole et légère dont il venait de faire preuve il y a quelques instants, que cela faisait presque peur - Alexander colla presque son front au sien, et, prenant les mains de Mirany, tout en la regardant avec des yeux brillants, comme s'ils étaient remplis de larmes, et la fixant pendant de longues secondes, comme s'il voulait par ce biais, livrer sans retenue son âme, et lui démontrer ainsi la sincérité de ses pensées, il demanda:

- Ai-je raison d'espérer qu'un jour, peut-être, tu sauras m'accorder ta confiance, et croire enfin, qu'au plsu profond de moi, je t'aime et ne souhaite que ton bien?

Marquant une pause afin de se laisser le temps de récupérer de ce qu'il venait de dire - jamais telle déclaration n'avait été ommise auparavant de sa part - il conclut enfin d'une voix fébrile, mais teintée en même temps d'une détermination, qu'il se voulait franche et réconfortante:

- Souhaites-tu, toi, que j'oublie tout ce qui s'est passé entre nous deux durant cette soirée?

Quel bêta ce Clemence, à poser de telles questions, aimait-il se mettre en danger, et souffrir, dans l'angoisse, à attendre la réponse de sa compagne?

- Quelle que soit ta réponse néanmoins, moi de mon côté, je ne pourrai sans doute, ni demain, ni jamais, oublier ces moments fabuleux que tu as su me faire partager.

Voilà déjà qui était plus raisonnable...


Dernière édition par James Clayton le Ven 18 Juil - 23:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mirany Parkerson

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 34
Date d'inscription : 26/06/2008

MessageSujet: Re: C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr   Dim 13 Juil - 12:35

Mirany qui tenait son verre en main, venait d’entendre la phrase d'Alexander, lui disant de boire plutôt que de le contredire. Les yeux rivé sur lui, elle le contempla, on ne lui avait jamais donné un ordre et pourtant sans rien dire, elle porta son verre à la bouche et en but quelques gorgée, elle déposa celui-ci sur la table par la suite. Le jeune homme porta ces mains à ces anches un faux air énervé, Mirany le contempla sans bouger. Mirany dit un léger sourire quand elle vit la main de l’homme sur la poitrine de celui-ci , elle l’écouta. La demoiselle eut un léger rire, quand elle sentit Alexander tout prés d’elle, le souffle de celui-ci caressant sont visage, un long frisson la parcourra. Ça faisait pas mal d’année qu’elle n’avait pas ressentit ce sentiment, celui de se sentir bien avec quelqu’un, en sécurité. Dans un murmure la jeune femme répondit à l’homme.

« Je n’en doute pas… »

La jeune femme sentit de nouveau les lèvres de l’homme sur les siennes, elle ferma les yeux afin de profiter du moment présent et les rouvrit quand celui-ci retira son baiser. Mirany s’était rapproché de l’homme afin d’aller dans ses bras, la tête contre la poitrine de celui-ci, elle lui avait posé une question, en aucun cas elle avait souhaité lui faire du mal. Mais il fallait qu’elle se sente en confiance, elle avait hait les hommes si longtemps. Un silence prit place dans la pièce, Mirany venait donc de lancer un froid, elle resserra son étreinte espérant ne pas avoir fâché celui-ci . L’homme colla presque son front à celui de Mirany, la jeune femme put sentir les mains de l’homme sur les siennes, sans même savoir pourquoi la teinte rose était de nouveau réapparut. Mirany resta le regard fixé dans celui d'Alexander, celui-ci paraissait vraiment sérieux, elle ne pouvait plus ciller, se plongeant totalement dans les yeux de l’homme. D’une voix douce, Mirany balbutia un peu.

« Je ..eu ..c’est.. »

La demoiselle s’arrêta quelques secondes afin de remettre tout en ordre dans sa tête. Alexander lui faisait un drôle d’effet, elle se sentait plus femme et surtout plus fragile a ces coté, comme ci elle acceptait de tout laisser paraitre. C’était une étrange sensation. C’est comme ci elle se mettait à nue, toute habillé bien sur ( Mdr n’importe quoi mowa…-_-). Apres quelques secondes elle se décida à répondre de nouveau.

« Je vais essayer… Il me faudra du temps Alexander, je ne veux pas te froisser, mais c’est dur pour moi »

Le cœur de Mirany se mit à battre à tout rompre à la phrase suivante d'Alexander, que voulait-il dire par la. Les yeux humides, une expression de crainte c’était installé sur le visage de Mirany qu’elle effaça aussitôt ne perdant pas ses mauvaises habitudes. Avec le temps elle pourrait surement se livrer à Alexander. La demoiselle fit un signe négatif de la tête, bien sur que non elle ne voulait pas qu’il oubli. La phrase suivant la rassura, la demoiselle laissa une petite larme rouler, elle ne sait pas pour qu’elle raison c’était comme ça, elle déposa un baiser furtif sur les lèvres de l’homme, et posa sa tête contre le torse de celui-ci entourant sa taille de ses petits bras.

« Je suis désolé, j’espères ne pas t’avoir fait de mal. Je ne veux pas que tu oublis, je ne veux pas oublier non plus. Mais j’ai une boulle au niveau de l’estomac, qui parfois m’empêche de vivre. »

Elle releva sa tête lentement, les heures était passé vite, c’était encore la nuit, mais plus prés du matin que du soir, les yeux de Mirany était brumeux de temps en temps, la fatigue se faisait sentir. Le regard plongé dans celui de l’homme, elle eut un léger soupir, elle aimait bien être dans ses bras, sa main se déplaça légèrement pour aller déposer une douce caresse sur al joue de l’homme. Il avait la peau rude, celle d’un homme. Ses doigts s’arrêtèrent sur le coin des lèvres de celui-ci d’où elle déposa un nouveau baiser furtif avant de se retourner vers la vitre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr   

Revenir en haut Aller en bas
 
C'est la fêteuuuuuuuuuuuu[ Pv] retranscription mdr
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Retranscription des Discours de la Fête de l'été - 26/06/1945

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Salveo Maléficia :: Hors Poudlard :: ==Le reste de l'Angleterre== :: Godric's Hollow-
Sauter vers: